Tenafep : Christelle Kiakuba au chevet des enfants démunis de l'Ecole Kabila au Camp Kabila de Lemba


07 Jun

L'organisation non gouvernementale "Telema muana mapinga", structure oeuvrant pour le bien-être des enfants orphélins des policiers et militaires, a volé au secours des élèves orphelins du camp Kabila, à Kinshasa, pour leur permettre de passer les épreuves.


Les élèves de l’Ecole Primaire ont passé, le 05 juin, à travers toute l'étendue de la République, le test national de fin d’études primaires (Tenafep). La veille, à Kinshasa, l’Association sans but lucratif "Telema muana ya Mapinga" (TMM) a effectué une visite à l’école primaire Kabila, dans l’enceinte du camp Kabila, situé dans la commune de Lemba, où elle est venue en aide aux élèves orphelins de cet établissement. Elle a payé leurs frais d’obtention de macarons et de participation au Tenafep.


Œuvrant pour le bien-être des enfants des policiers et militaires, TMM a inscrit cette action dans le cadre du plaidoyer pour l’accès à l’éducation de qualité en faveur des enfants des hommes en uniforme. Les bénéficiaires ainsi que le Directeur de l'établissement ont exprimé leur gratitude à l’endroit de la coordonatrice de cette association, Christelle Kiakuba, qui a promis de revenir dans les prochains jours pour poser le même geste auprès des élèves de l’Institut Kabila.


En février dernier, TMM avait loué la promesse du Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi, d’améliorer les conditions de vie des agents des Forces de défense. L’on se souvient que le Président de la République, fraîchement investi par la Cour constitutionnelle, avait effectué une visite au camp militaire Tshatshi où il avait réitéré sa promesse. Christelle Kiakuba avait indiqué que son association le soutiendra, tout en L'invitant à prendre en compte la question sociale des militaires comme l’une des priorités de son mandat.


Rappelons-le, TMM avait offert, le 27 septembre 2018, du matériel scolaire (sacs à dos, lattes, stylos, crayons, frottoir, craie blanche, etc.) à plus ou moins deux cents élèves de première et deuxième primaire des écoles 5 et Saint Bruno du camp policier Lufungula, à Kinshasa. Elle avait, le même jour, fourni des effets scolaires à l’école Sainte-Barbe du camp militaire Kokolo, et quelques jours auparavant, à quelques quatre cent cinquante élèves du degré élémentaire de l’école primaire 1 Révérend Mayu du camp Kokoko.

Martin Enyimo/IMPACT NEWS

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.