Pour réveiller le PPRD déjà moribond : Shadary frustre Fatshi et expose Kabila à la vindicte populaire !


01 Nov

Le PPRD connaît de véritables frustrations et fissures à l’interne. Frustrations et fissures dues au partage des responsabilités au sein du Gouvernement du Parlement. Frustrations aussi avec les partenaires au sein du FCC où le gâteau a été amoindri avec la coalition FCC-CACH. C’est ce qui justifie le travail entrepris par les aigris pour faire tomber l’honorable Jeannine Mabunda pour avoir tardé de signer la décision portant nomination des membres de son Cabinet et celui des autres membres du Bureau. Cette cabale a été déjouée par la clairvoyance de cette dame que l’on croyait plus technocrate que politicienne.


Direction du parti à cours de stratégies


Les voix se lèvent pour condamner la direction de ce parti politique dont les principaux fondateurs ont déjà quitté le bateau. Il n’y reste que les jouisseurs. Qui ne connaissent, ni la vision, ni l’idéal d’un tel parti qui partage le bilan catastrophique de 18 ans de Joseph Kabila et sa famille à la tête de la RDC. Shadary Emmanuel Ramazani qui a été surpris par Joseph Kabila le 08 août 2018, le jour même de la clôture des candidatures à la présidentielle s’était déjà vu en costume présidentiel, surtout qu’il comptait sur la tricherie et la fraude organisées par la CENI. Il a oublié que l’UDPS ou le CACH avait déployé les témoins pour avoir les résultats dans plus de 70% bureaux, au point de rendre cette fraude difficile. Kabila qui était placé dos au mur était ainsi obligé d’accepter contre son gré, la véritable vérité des urnes qui a porté Félix-Antoine Tshisekedi à la tête de la RDC. Ce qui aurait placé Emmanuel Ramazani Shadary dans une sorte de dépression. Il a gardé une dent contre son Autorité Morale, Joseph Kabila Kabange. Sa colère a connu son point culminent lorsque son nom et celui de grands caciques de Joseph Kabila ont écartés biffés par le stylo rouge de Félix-Antoine Tshisekedi, dans une sorte de complicité de Joseph Kabila. Alors il fallait trouver un moyen pour régler les comptes à Joseph Kabila Kabange pour l’avoir tourné en bourrique, raconte un de ses proches sous couvert de l’anonymat.


Vengeance et frustration


Face aux résultats des 8 premiers mois de Félix-Antoine Tshisekedi, qui ont démontré la méchanceté de l’entourage de Joseph Kabila, à l’échec de l’incursion de la milice Bakata Katanga à Lubumbashi et surtout le mystère qui entoure le crash de l’Antonov 72 où le Chef de l’Etat a perdu ses proches collaborateurs, les laboratoires du PPRD ont réfléchi sur une com devant provoquer une sorte de diversion. D’abord, il faut tenir un Congrès. Celui-ci sera transformé en matinée politique à Lubumbashi, non pour mettre en place les stratégies de sursaut après l’échec à la présidentielle du 30 décembre dernier, mais plutôt pour lancer les invectives à l’endroit de Félix-Antoine Tshisekedi en exposant Joseph Kabila Kabange à la honte populaire et aux critiques acerbes lorsqu’il est allé loin jusqu’à le traiter de Propriétaire de l’Etat congolais.


Kabila livré en pâture


La toile a vibré au rythme d’insultes et de critiques contre Joseph Kabila dont le bilan est décrié par même les enfants. Shadary va même annoncer le retour de Joseph Kabila. Pour les plus avertis, il s’est agi d’une vengeance de Shadary contre Joseph Kabila dont la survie politique tient à son alliance avec Félix-Antoine Tshisekedi à travers la coalition FCC-CACH. De cette manière, Tshisekedi sera frustré et Kabila sera insulté. Voilà l’objectif poursuivi et atteint par Shadary qui aurait dû quitter la scène politique face à l’échec réalisé à la dernière présidentielle.


Heureusement qu’en face, il a trouvé une réplique à la taille de sa provocation. Augustin Kabuya n’a pas attendu pour le remettre dans ses petits souliers puisqu’il continue à oublier qu’il est placé sous sanctions des USA et de l’Union Européenne. Ce qui avait même justifié le choix porté sur sa personne par Joseph Kabila pour éviter toute trahison possible dans le chef de ceux qui convoitaient son fauteuil et qu’il avait écartés d’une manière très malicieuse en dépit de la course au doctorat.


C’est ici que les voix se lèvent pour demander à Joseph Kabila de le sanctionner parce que la RDC a besoin de la paix. Joseph Kabila a beaucoup donné pour que l’on ait cette paix et ce, sans effusion du sang. Il devra rester ce porteur et ce père de l’alternance au lieu de se faire berner par ceux qui se sont adonnés à l’enrichissement illicite profitant de son silence pour piller le pays au détriment d’un grand nombre de la population congolaise.


Nous y reviendrons.


Anastaili Nku

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.