Non content du déficit communicationnel des actions du Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi : Paul Kapita Shabangi brise son silence !


05 Jul


  • L’un des 13 parlementaires signataires de la lettre ouverte contre Mobutu revient sur les grandes œuvres réalisées en 100 jours et salue la bravoure du duo Kabund-Kabuya qui a réussi à porter le parti à la magistrature suprême !


Il a 36 ans, père des deux enfants dont l’aîné n’avait que 5 ans et le deuxième 2 ans, lorsqu’il interpelle Ngalula Mpandajila, au regard des deux photographies où dans la première, il observe : Patrice-Emery Lumumba et Ngalula Mpandajila, tirés à quatre épingles, avec un jeune homme en culotte derrière, jambes écartelées, transportant le sac ; tandis que la deuxième, il y voit : Ngalula signant des lettres sur une somptueuse table, pendant que le même jeune homme en culotte attend à côté. Ces deux images le troublent. Il approche celui qu’il considère comme son mentor politique Ngalula Mpandajila, à cette époque, alors qu’il venait comme Officier Supérieur des Forces Armées Zaïroises, de quitter l’armée pour la politique :’’Qui est ce jeune homme, pourquoi est-il derrière vous ou à côté de votre table ?’’. Ngalula Mpandajila lui répond : ‘’C’est Mobutu et tu risques de me faire tuer par lui’’. Et lui d’enchaîner :’’Comment vous qui l’aviez façonné, vous le le laissez entrainer le pays dans le gouffre ?’’. Son mentor Ngalula se tait et ne répond rien.

Plus tard, Ngalula Mpandajila se déplace pour Mbuji-mayi. A son retour, il va appeler Paul Kapita Shabangi, puisque c’est de lui qu’il s’agit dans cette observation et dans cette interpellation. Interpellation qui a donné matière à réflexion jusqu’à pousser Ngalula à initier la lettre ouverte à Mobutu. C’est Ngalula qui le dit à Kapita lorsqu’il rentre de Mbuji-mayi. Il s’est dit alors, qu’il est l’un de ceux qui ont fabriqué le monstre de Mobutu et il avait la responsabilité de solliciter la refonte du système mis en place qui entrainait le pays dans la décadence.


C’est cet ancien Officier supérieur qui s’est porté candidat aux élections des Commissaires du peuple (Députés Nationaux) qu’il remporte haut la main dans le territoire de Tshikapa, province du Kasaï-Occidental en 1977.

Initiation de la lettre ouverte à Mobutu 

C’est suite à cette interpellation que Ngalula Mpandajila se révolta pour initier la lettre ouverte qui sera à la base de tous les supplices qu’ils ont subis jusqu’à la démocratisation de la RDC dont le point culminent peut être l’accession d’un cadre de l’UDPS et fils de l’un des fondateurs et 13 parlementaires, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo à la magistrature suprême en janvier 2019.

Révolte

C’est donc lui, Paul Kapita Shabangi, révolté une fois de plus par le déficit communicationnel qui entoure de grandes réalisations dans les 100 premiers jours du Chef de l’Etat qui a résolu de briser son silence. En lieu et place de communiquer, les services aussi bien de la Présidence de la République que du parti, se complaisent à assister aux fakenews, aux intox et à la désinformation qui sapent la réputation du nouveau Président de la République, a-t-il déploré.

Se sentant un des artisans de l’avènement du nouveau pouvoir, il ne pouvait plus garder longtemps silence. Voilà pourquoi, il s’est livré à la presse ce jeudi 04 juillet. L’ancien Ministre du Gouvernement Etienne Tshisekedi wa Mulumba en 1992, celui-là même qui avait initié la baisse du taux de dollar américain, a abordé deux questions principales d’actualité. Il s’agit d’abord de l’actuelle figure que présente son parti politique, pour lequel, il a sacrifié toute sa jeunesse : UDPS ; et, du programme d’urgence des 100 jours du Chef de l’Etat. L’un des pionniers de l’UDPS a fait sa lecture du programme des 100 jours du Président de la République dont il se dit fier de le voir engagé dans la vision du changement dont ils avaient caressé l’avènement en 1980.

Bravo au duo Kabund-Kabuya

C’est ici qu’il a salué la bravoure du duo Kabund-Kabuya qui a pu faire accéder le parti à la magistrature suprême. Prouesse qu’eux, fondateurs n’ont pas pu réaliser. Toutefois, il a demandé aux dirigeants du parti, le Président a.i. Kabund-A-Kabund Jean-Marc et le Secrétaire Général a.i. Augustin Kabuya de consulter les têtes couronnées pour trouver des solutions aux problèmes qui se posent actuellement à l’UDPS surtout que les requêtes en demandeur, comme en défendeur aient été rejetées pour défaut de qualité de celui qui engage le parti. Ici, il a insisté du fait que ceux qui dirigent le parti aujourd’hui, sont plus âgés qu’eux, lorsqu’ils ont tout abandonné pour se lancer dans la création de la fille aînée de l’Opposition, l’UDPS.

Kabund, Kabuya et Kazadi, ont l’obligation des résultats durant ces cinq prochaines années. ’’Ils n’auront aucune excuse surtout que ce sont eux qui ont tenu tête comme nous à l’époque face au régime de prédation qui s’est installé au pays et ont permis au successeur d’Etienne Tshisekedi d’accéder aux très hautes charges d’Etat’’, a-t-il félicité.

100 jours

Abordant le second sujet d’actualité, l’ancien Commissaire du Peuple, élu de Tshikapa, a résumé son intervention en 6 aspects dont : Droits de l’homme ; Diplomatie ; Infrastructures ; Sécurité ; Politique ; et socioéconomique.

Droits humains

Abordant le premier sujet inscrit à son vade mecum, le Fondateur de l’UDPS, Kapita Shabangi Paul a indiqué :’’Tandis que l’ancien régime n’avait traité, de sept cas emblématiques des prisonniers ou exilés politiques, la libération de Jean-Claude Muyambo et le retour de l’exilé politique Roger Lumbala, l’actuel pouvoir a libéré Messieurs Diomi Dongala, Franck Diongo, Me Firmin Yangambi, Ne-Mwanda Nsemi, outre plus de 700 prisonniers ou détenus politiques et d’opinion sur toute l’étendue de la RDC’’, a indiqué Paul Kapita, avant de rappeler que l’actuel Président a délivré le passeport congolais biométrique à Monsieur Moïse Katumbi Chapwe et l’a autorisé à revenir à bord de son avion ensemble avec son équipe et ce, après avoir cassé tous les procès bidon condamnant l’intéressé. L’ancien ministre note également le retour d’Antipas Mbusa Nyamuisi et surtout celui de Jean-Pierre Bemba. Celui-ci, a été interdit lors de son dernier séjour avant les élections d’accéder à la résidence familiale à Gombe. Le 23 juin dernier, non seulement il est rentré sans heurts, mais il a pu accéder facilement à la résidence de son père dans la commune de la Gombe. Bien plus, il peut effectuer tous ses mouvements en toute liberté et dans le respect de sa vie privée ; tandis qu’en août de l’année passée, il était presqu’en résidence surveillée, poursuivi partout par le Général Sylvano Kasongo, Commissaire provincial de Kinshasa qui avait pratiquement abandonné son bureau pour l’avoir à l’œil.

Aujourd’hui, a poursuivi Kapita Shabani, les manifestations publiques sont autorisées et se déroulent sans gaz lacrymogènes ni tirs à balles réelles. Il a toutefois déploré le libertinage et l’anarchie dans lesquels certains compatriotes ont tenté de se complaire en désacralisant la journée du 30 juin et en s’attaquant aux libertés et droits d’autrui.

Diplomatie

Sur le plan diplomatique, Paul Kapita Shabangi note que l’image de la RDC a été redorée par les visites du Chef de l’Etat  à l’étranger dans la mesure où l’on ne peut prétendre diriger un pays sans normaliser les relations bilatérales et multilatérales surtout avec les pays voisins.

Sur le plan international, il a salué les efforts du Chef de l’Etat, Félix-Antoine-Tshisekedi qui a signé un accord de taille en matière de la défense nationale avec les Etats-Unis d’Amérique qui permet aujourd’hui au pays de l’Oncle Sam de venir en appui dans la lutte contre le terrorisme et les forces négatives qui pullulent dans l’Est de la RDC. Par sa diplomatie offensive, il a réussi à se faire élire 2ème Vice-président de l’Union Africaine par ses pairs. Il est aussi chargé par le Conseil de Sécurité du cadre de réconciliation et de paix dans la sous-région de l’Afrique centrale.

Sécurité

En rapport avec l’aspect sécuritaire, l’ancien Ministre Paul Kapita Shabangi a rappelé la maîtrise des tensions principalement à Lubumbashi au Haut-Katanga et les efforts fournis dans l’éradication des forces négatives dans l’Est de la RDC à travers les visites de réconfort à Beni, Butembo et dernièrement en Ituri pour ramener la paix. Il a également noté la fermeture des cachots des services des renseignements ainsi que la réduction des quatre services habiletés à opérer aux frontières. Bien plus, avec le régime de Félix-Antoine Tshisekedi, les Congolais ayant acquis une autre nationalité autre que d’origine, peuvent revenir dans leur pays, la RDC et obtenir le visa d’entrée aux frontières, sans aucune formalité dans les pays d’accueil.

L’un des 13 parlementaires ne s’est pas empêché de saluer la suppression des barrières et les tracasseries militaires sur toute l’étendue de la RDC, suivie du retrait des éléments de la police pour la garde des privés.

Social

Ici, l’ancien persécuté du Marechal Mobutu salue le retour de la fourniture en eau potable et en énergie électrique dans les camps des militaires et des policiers. Ce qui était devenu comme un luxe pour ces femmes et hommes qui ont fait le vœu de défendre l’intégrité du territoire national même au sacrifice suprême et d’assurer l’ordre et la sécurité dans la société, a été rendu possible par Félix-Antoine Tshisekedi. 

Le Chef de l’Etat a également débloqué les primes et indemnités de retraite des Officiers Supérieurs de la police, tout comme de l’armée, en attendant l’amélioration des conditions de vie des hommes sous le drapeau et des agents de carrière des services publics de l’Etat, a fait savoir Kapita tout en notant que Tshisekedi Félix-Antoine, a rendu effectif l’accès gratuit aux soins de santé aux militaires et policiers. Félix-Antoine Tshisekedi s’est impliqué personnellement dans la lutte contre la fièvre à virus Ebola dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.

Economie et infrastructures 

Sur le plan économique, les efforts de la stabilité de la monnaie ont été maintenus ; tandis que l’on a connu un accroissement des recettes des 180 millions de dollar américain du secteur des postes, téléphones et télécommunication.

Ici, l’ancien Ministre a dénoncé la campagne de sape contre Félix-Antoine Tshisekedi dont les chiffres du ministère du budget ont été tripotés pour le salir. Pour preuves, au 25 janvier 2019, Félix-Antoine Tshisekedi a trouvé le budget de la présidence de la République déjà consommé à hauteur de 80%. Selon les informations en sa possession, la Présidence sous Félix-Antoine Tshisekedi n’a consommé que 18% de ce budget.

Grâce à la diplomatie de Fatshi, le pays a obtenu un appui financier de plus de 500 millions de dollar américain pour développer les provinces dont quatre ont été prises en compte notamment le Grand Bandundu, le Kasaï-Central et le Kasaï-Oriental. Dans le même ordre d’idée, la Banque Africaine de Développement a également apporté son appui de l’ordre de 80 Millions de dollar américain pour la réhabilitation des tronçons de la route nationale n°1 compris entre l’Aéroport international de Ndjili jusqu’à Batshianga d’une distance de plus de 600km.

Ayant constaté la bonne gouvernance qui caractérise l’actuel régime, l’on vient de débloquer 150 millions USD $, financement de l’Union Européenne qui étaient gelés dans une banque locale pour relier Tshikapa à Kananga dans les provinces du Kasaï et Kasaï-Central. Les travaux vont se poursuivre pour relier Moanda (Kongo Central) à Kasumbalesa (Haut-Katanga), a indiqué cet ancien Officier Supérieur des FAZ.

Kapita Shabangi n’a pas omis de louer les prouesses dans la capitale avec la réhabilitation en béton de principales avenues dont Université, Force publique, avenue de la Foire, Echangeur, Kabinda, Bokassa, Commerce, la construction des sauts de moutons et des deux ponts inaugurés dans la province de la Tshopo.

Paul Kapita Shabangi en une minute

Paul Kapita Shabangi est ce qu’on peut appeler un des ‘’témoins de l’Histoire’’ du Congo-Zaïre au cours de ces quatre dernières décennies. Ancien officier des Forces Armées Zaïroises, il fait partie des ‘’13’’ parlementaires, frondeurs qui avaient adressé au Président Mobutu Sese Seko, la célèbre ‘’lettre ouverte’’ en date du 1er novembre 1980. Dans cette correspondance, les treize parlementaires stigmatisaient le fossé existant entre le discours et l’action. Ce document au ton réquisitorial leur a valu des graves ennuis judiciaires et la relégation durant douze mois. Ministre des Petites et Moyennes entreprises dans le gouvernement Tshisekedi (1992), Kapita sera plus tard Ministre pendant trois années dans les gouvernements successifs de Mzee Kabila. Déçu par l’ambiance délétère qui régnait au sein du Gouvernement tout au long de l’année 2000, il décide de quitter le pays en se déguisant. C’était le 17 septembre 2000. Depuis lors, l’homme vivait en Belgique. A la proclamation des résultats provisoires par la CENI consacrant la victoire de l’UDPS, Paul Kapita Shabani est rentré vite au pays pour célébrer ce moment historique. Il a versé des larmes en voyant leur rêve devenir une réalité, près des 40 après.

Ci-après la liste des treize parlementaires, auteurs de la ‘’lettre ouverte’’ adressée au Président Mobutu Sese Seko en date du 1er novembre 1980 :
Etienne Tshisekedi wa Mulumba, Gabriel Kyungu wa Kumwanza, Joseph Ngalula Mpandanjila, Makanda Mpinga Shambuyi, Kanana Tshiong’a Minanga, Kasala Kalamba-ka-Buadi, Ngoy Mukendi, Mbombo Lona, Lumbu Maloba Ndiba, Dia Onken-a-Mbel, Biringanine Mugaruka, Lusanga Ngiele et Kapita Shabangi.


Nyonga Kalenga

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.