L’agitation des Putschistes au sein du Grand Kasaï Fondation : Le Collectif des Avocats du Président National en colère !


29 Oct

L’agitation est totale dans le camp de Cless Mwepu et ses complices de Putschistes depuis que Denis Kambayi, Président National, a brisé son silence et résolu d’aller en justice, non seulement pour exiger la dignité de sa personnalité au regard de son rang ; mais aussi et surtout, pour faire prévaloir le respect des textes de l’ASBL dont il est Initiateur et Président National. Pour se consoler, Cless Mwepu se bombarde toutes sortes de titres et sollicite des audiences auprès de certains dignitaires de l’espace Kasaï. Il cible bien ses proies. Il se rend chez ceux qui ont eu maille à partir avec l’honorable Sénateur Denis Kambayi, à un certain moment de la vie. Il marche aussi sur ce qu’il croit être dissension entre les ressortissants des anciennes Provinces du Kasaï-Oriental et Kasaï-Occidental.


C’est le cas de l’ancien Gouverneur du Kasaï-Oriental, Alphonse Ngoyi Kasanji, qui n’a jamais soutenu l’idée d’un Grand Kasaï Uni et en paix, qui a reçu le groupe de Cless Mwepu. En conflit avec beaucoup de ressortissants de l’espace Grand Kasaï, Ngoyi Kasanji a été l’homme indiqué pour s’offrir du buzz. Qui ne sait pas le combat livré par Ngoyi Kasanji contre les ressortissants de l’espace du Grand Kasaï jusqu’à se faire ennemi numéro Un contre la famille Tshisekedi ?  


D’aucuns croiraient qu’il s’agirait d’un passage de maison en maison pour truander ces dignitaires, a indiqué Me Jonas Ngalamulume, un des Conseils du Grand Kasaï Fondation dans l’affaire qui l’oppose à Monsieur le Secrétaire Général de cette ASBL, Monsieur Cless Mwepu. Du méli-mélo, s’est expliqué Me Jonas Ngalamulume, parce qu’après ces visites qui ne sont pas à mettre sur le compte du Grand Kasaï, les visiteurs de ces dignitaires exigeraient le soutien tant moral que financier pour faire face au procès intenté contre Cless Mwepu et sa bande dans la violation des Statuts et Règlement Intérieur qui régissent cette Association sans but lucratif, a-t-il appris d’une source proche des putschistes.


C’est le cas d’un titre dans la presse, lorsqu’après avoir été chez Kitenge Yezu, un choix qui se justifierait par un rapprochement tribal plutôt que par l’esprit qui guide l’ASBL Grand Kasaï Fondation, les Putschistes ont indiqué avoir été invités par celui-ci pour s’enquérir du dossier pendant en justice. Trafic d’influence, lorsque Kitenge Yezu est présenté dans toute sa splendeur avec tous ses titres de Haut-Représentant et Envoyé Spécial du Chef de l’Etat, s’est indigné Me Jonas Ngalamulume avant de préciser qu’il s’agit là d’une grande ignorance dans le chef de celui qui a commandité cet article lorsqu’il ne sait pas qu’en matière civile, les pièces se communiquent entre avocats ou parties avant le jour d’audience. Le principe du contradictoire, tel que consacré par l’article 63 du Règlement Intérieur-Cadre des Cours, Tribunaux et Parquets oblige qu’en matière civile, tout moyen et toute pièce soit préalablement communiqué entre parties avant tout débat devant les juges. Respecter cette disposition de la loi, ne traduit en rien, une faiblesse dans la démarche menée par l’Asbl Grand Kasaï Fondation contre Monsieur Cless. Ne pas aussi le respecter, démontre le niveau du juriste moyen, sensé guider et contrôler la procédure dans le camp des Putschistes.


En quoi cela étonnerait ? S’est interrogé Me Ngalamulume Jonas qui pense en même temps que sieur Cless Mwepu, ne maîtrise pas l’historique de l’Association dont il se constitue usurpateur des fonctions de Président, puisqu’il a complétement oublié que c’est dans le bureau de Monsieur Didier Lukusa que les Statuts et Règlement intérieur ont été saisis sur ordinateur et que Monsieur Roger Nkate est le seul mandataire de l’ASBL qui avait comparu par devant le Notaire de la Ville de Kinshasa pour la légalisation de dits statuts et Règlement intérieur de Grand Kasaï Fondation.


C’est ici que Me Jonas Ngalamulume stigmatise le comportement qu’il se réserve de qualifier de malhonnête dans le chef de Cless Mwepu, parce que l’affaire est pendante devant le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe. A ce titre, il se serait réservé, s’il était sage et sensé, pour connaître l’issue de l’affaire et savoir qui va devoir engager cette ASBL après son dénouement devant les cours et tribunaux.


Ne pas le croire, c’est dire qu’il a d’autres ambitions derrière sa tête plutôt que la mission de réunir les filles et fils, membres de cette ASBL.


Au lieu de se fourvoyer dans les incantations et déclarations dans les médias et réseaux sociaux, Monsieur Cless Mwepu devrait se taire. Il cherche à marcher sur la Fondation qui a prévalu à la création de cette ASBL, la réconciliation entre les deux anciennes Provinces du Kasaï-Oriental et Kasaï-Occidental en attribuant une appartenance à Denis Kamabayi avec qui il a passé tous ces 15 ans dont il veut se soustraire du bilan. En principe, et c’est l’idée des autres membres fondateurs, tous les membres du Comité Kambayi, devraient se reposer et laisser l’Association aux mains du sang nouveau en vue d’impulser sous l’encadrement des anciens notables un nouveau souffle qui peur récréer davantage l’unité entre les membres de l’Association.


Mise au point du Collectif des Avocats de GRAND KASAI FONDATION ASBL

 

Nous, membres du Collectif des Avocats du Grand Kasaï Fondation, régulièrement constitués à cet effet par l’honorable Sénateur Kambayi Cibumbu Denis, en ses qualités de Président et Initiateur, venons par la présente mise au point fixer l’opinion comme suit :


1. A ce jour, nous nous trouvons devant le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe sous le RC118040 renvoyé en date du 20 novembre 2019 pour la mise en état et éventuellement plaidoirie, qu’il est curieux de constater que les frondeurs du reste, ayant régulièrement comparu devant les juges, s’évertuent sans égards, en notre justice à poser des actes tendant à troubler l’ordre public, en usant de manière irrégulière et frauduleuse le label Grand Kasaï Fondation Asbl, alors qu’en principe, ils devraient attendre l’issue de la cause déjà en instruction ;


2. Ils ont argué, que c’est le camp Grand Kasaï Fondation ASBL que nous représentons qui aurait sollicité la remise devant les juges au 20 novembre 2019, par crainte de plaidoirie ; pourtant, tout juriste moyen, sait que le principe du contradictoire en matière civile, est consacré par l’article 63 du Règlement Cadre Intérieur des Cours et Tribunaux, obligeant par conséquent, la communication des pièces et moyens entre parties, avant tout débat devant les juges ; faire autrement, c’est méconnaître les principes élémentaires de droit.


3. Enfin, nous mettons en garde ces frondeurs contre leurs actes tendant à troubler l’ordre et à l’usage abusif du label Grand Kasaï Fondation ASBL.


Fait à Kinshasa, pour le Collectif


                                         Me Paul Ngandu Lumembu

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.