Kasaï : Les Tchokwe et les Rund de Tshikapa promettent la guerre au Gouv Dieudonné Pieme


02 Jul

Yav Kateng Bernard, Mène Kamba Tobi, Tshimuanga Tshimuanga Edo, Lumbu Mutomb, Thambwe Thambwe Ntuma et Tshikez Tshikez Médard se faisant passer pour Notables, Chefs coutumiers et Membres d'un comité de crise Tchokwe et Rund exigent dans une déclaration écrite le 28 juin 2019, au Gouverneur du Kasaï de retirer, mieux d'annuler son arrêté portant nomination des Membres de son Gouvernement et se disent être prêts pour prendre toutes les mesures possibles afin de barrer la route à toutes les activités que l'Autorité Provinciale pourra entreprendre.

   Les signataires de la déclaration justifient cette prise de position par le fait que: 1. Le Gouverneur, Dieudonné Pieme Tutokot n'a pas tenu compte, selon eux,de toutes les forces vives que compte la Province du Kasaï, dans le souci de favoriser la cohabitation pacifique de tous les peuples du Kasaï.

    2. Les Tshokwe et les Runds réunis ont six Députés Provinciaux soit 20% au Parlement Provincial, qui ont apporté leur soutien à Pieme Tutokot pour le porter à la tête de la Province comme Gouverneur, mais malheureusement déplorent les signataires de la déclaration, les Tshokwe et les Runds sont absents dans son gouvernement. C'est une ingratitude notent-ils.

  3.Dans une de ses déclarations dans les médias avant la publication de son Gouvernement, le Gouverneur Dieudonné Pieme Tutokot aurait tenu des propos désobligeants à l'endroit de ces deux communautés. Le Gouverneur qui répondait à une préoccupation de la presse au sujet de son Gouvernement avait précisé que son équipe gouvernementale tient compte des compétences... Et de la représentativité provinciale...

  Pour au moins ces six Tshokue et Runds, le Gouverneur estimerait qu'il n'y a pas des compétences dans ces deux groupes ethniques. Ces derniers se disent avoir été insultés par le Gouverneur. Et puis, les Tshokue et les Runds déplorent que, le Gouverneur, juriste de formation puisse nommer ou placer un Médecin comme Ministre aux finances et un linguiste à la Santé! 

  Cette déclaration constitue selon les activistes de Droits de l'Homme, une véritable menace ouverte contre le développement de cette jeune Province issue du démembrement et qui a traversé deux ans dans les atrocités graves commises tant par les éléments opérant sous le label de Kamuina Nsapu que par les éléments Bana Moura et Écuries Mbembe appartenant aux Chokwe. Les premiers ayant déjà considérablement déposé les effets de guerre et se sont rendus aux autorités locales et appellent les autres à faire autant. Le Président de l'organe délibérant du Kasaï, du reste fils de ces deux groupes ethniques qui menacent de barrer la route aux activités de l'Exécutif Provincial doit ouvrir l'œil au risqu'il soit traité de complice dans cette guerre de positionnement qui mettent le developpement de la province en danger. Alois Mushitu Ngenge, en sa qualité d'ambassadeur de la paix et Président de l'Assemblée Provinciale est invité à faire la paix quand on sait que les relations sont très bonnes entre les deux institutions provinciales .

    Notons que, depuis sa publication, le Gouvernement Pieme Tutokot Dieudonné fait l'objet des critiques dans tous les sens. Dans l' ensemble c'est un Gouvernement cohésif, qui tient compte de toutes les sensibilités et vise le développement intégral de la Province. Les signataires de la déclaration au nom de Tshokue et Runds qui se disent Membres du comité de crise seraient de putschistes car ils mettent en garde les Présidents de ces deux communautés contre toute déclaration qui contredirait celle-ci.

 Nyunyu WA Ngalala

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.