En rapport avec l'article sur le Grand Kasaï Fondation : Claess Mwepu dit attendre la concrétisation des menaces d'être traduit en justice par les Fondateurs du GKF!


30 Aug

Ce vendredi 30 août 2019, Monsieur Claess Mwepu, a appelé la rédaction du journal IMPACT NEWS. Motif, apporter sa mise au point en rapport avec l'article publié sur les élections organisées dernièrement au sein de cette ASBL. Selon lui, l'Asbl Grand Kasaï Fondation est son initiative après Sun City en 2003. Elle compte non 36 Fondateurs, mais plutôt 41 dont 20 sont actifs. De ces 20, 4 sont en provinces; 1 est à l'étranger et 3 sont malades et injoignables. Les statuts exploités dans cet article, a-t-il indiqué, sont périmés. Ce sont des Statuts qui ne tenaient compte que des deux provinces de l'ancien espace Grand Kasaï. Les statuts actuels considèrent 5 provinces, a-t-il expliqué avant de préciser que l'honorable Sénateur Denis Kambayi avec qui il partage des relations amicales et fraternelles depuis plus de 31 ans n'est resté qu'avec deux fondateurs dont lui-même. Les élections ont été organisées dans le respect de la procédure dans la mesure où les fondateurs absents ont dû envoyer leurs procurations pour procéder au vote. Claess Mwepu s'est dit être quelqu'un qui n'aime pas des polémiques.


C'est ici que son ton monte. Il demande au sénateur Kambayi qui a créé Grand Kasaï Holding qui est une société, de créer les emplois pour ses frères au lieu de poursuivre avec des actions qui se rapprochent d'une ASBL. Un homme normal, a-t-il poursuivi, n'annonce pas les menaces, il passe directement à l'action. Au lieu d'annoncer qu'il va nous traduire en justice, il l'aurait déjà fait au lieu de vociférer, a-t-il précisé avant de mal chuter pour se faire interrompre :"Si vous enregistrez, vous pouvez le faire et aller le lui faire entendre''. Ce qui a énervé notre Directeur qui l'a interrompu pour lui dire qu'il n'est pas un journaliste né de la dernière pluie pour travailler pour un individu ou abuser de la confiance d'une source, surtout que les opérateurs politiques, économiques ou culturels du Grand Kasaï sont des radains et n'ont jamais fait la promotion des leurs. ''Qu'est-ce que vous, vous pouvez me donner ou le sénateur Kambayi qui peut stopper ma misère ?", Lui a-t-il lancé avant qu'il s'affiche retirer ses propos jugés déplacés et blessants.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.