Ecarté de la liste FCC au Bureau du Sénat : A qui André Kimbuta fait peur ?


17 Jul

Il a beaucoup donné pour Joseph Kabila et pour la stabilité de son régime dans une capitale acquise totalement à l’Opposition. Il a été le gestionnaire, aussi bien de l’Opposition que de la majorité dans cette quête de soutenir son ‘’Boss’’. Depuis l’élection de Joseph Kabila en 2006 et surtout après sa réélection en 2011, André Kimbuta Yango, premier Gouverneur de Kinshasa, de la Troisième République, a été sur tous les fronts en défenseur, comme en attaquant lorsque le régime était en difficultés, aussi bien avec l’Opposition qu’avec la fronde née au sein de l’ancienne plateforme, Majorité Présidentielle.  

Aux Concertations Nationales, passant par le Dialogue de la Cité de l’Union Africaine pour aboutir aux bons offices des Evêques du Centre Interdiocésain qui ont abouti à la signature de l’Accord de la St Sylvestre, André Kimbuta a été le maillon le plus important de la chaîne Majorité présidentielle.

Grâce à lui, certaines manifestations ont été étouffées dans l’œuf mettant à profit, sa ‘’kinoiserie’’ pour maîtriser des fois des situations beaucoup plus graves qui pouvaient faire exploser le pays à partir de Kinshasa.

Il sied de rappeler l’épisode de 40.000$ USD réclamés à Fayulu qui a fragilisé cette grosse gueule de l’Opposition au moment le plus crucial.

Seul, contrairement à tous les autres Gouverneurs, Kimbuta Yango André a affronté les Kinois, pourtant hostiles au candidat Emmanuel Ramazani Shadary, non seulement pour présenter sa candidature au stade Tata Raphaël, mais aussi organiser sa réception par les Kinois au Club de nuit, ‘’Chez Ntemba’’.

Il a donc battu campagne pour le dauphin du Raïs. Plus loyal et plus fidèle que Kimbuta au Raïs, tu meurs !

Cependant, à l’approche de la récompense, certaines officines vont organiser une campagne de sape contre lui à travers les attaques contre un des membres de son Gouvernement provincial. Une manière de maintenir l’opinion en haleine pendant qu’il y avait des urgences en termes d’actualité. Par la suite, c’est une autre campagne de dénigrement autour d’une dette de plus de 18 milliards de dollar américain qu’il aurait laissée à la ville, oubliant que Kinshasa dispose d’une population beaucoup supérieure à celle des quatre pays de l’Afrique centrale : Rwanda, Burundi, Gabon et Congo-Brazza. En principe, il aurait dû laisser, s’il avait besoin d’investir réellement avec des actions à impact visible, une dette d’au moins 100 Milliards.

Toute cette campagne de sape a été menée tout simplement pour l’écarter de la course au Bureau du Sénat, où ses ambitions ont été plus que claires. Cela peut facilement être détecté au regard de la liste qui circule dans les réseaux sociaux sur les candidats retenus dans la course au Bureau du Sénat approuvée, il semble, par l’Autorité Morale. Une liste qui ne reprend que les mêmes noms dont certains sont affreux au sein de l’opinion congolaise.

Conclusion, André Kimbuta Yango fait peur aussi bien à sa famille politique qu’à celle de l’Opposition. Pour cause : sa maîtrise des rouages politiques et de gestion de la ville de Kinshasa. André Kimbuta Yango semble un des meilleurs animaux politiques qui connaissent mieux la forêt politique congolaise. Ceux qui savent où se trouvent les animaux féroces carnivores et comment les dompter et les animaux inoffensifs, herbivores qu’il faut entretenir.

Cette avance sur ses adversaires le rend redoutable au point de lui trouver des poux sur la tête alors qu’il n’est qu’un chauve.

L’unique avantage dont il dispose, il ne parle pas. Il ne réagit pas aux attaques : accusations gratuites auprès de la hiérarchie ou fausses dénonciations dans les médias. Il reste fidèle aux idéaux et fondements de Joseph Kabila dans l’orientation qui vise le développement de la RDC.

En dehors de son rôle de militant ou cadre du PPRD qu’il sait bien jouer, André Kimbuta Yango est un bosseur qui a laissé des bijoux à la ville de Kinshasa dont l’Hôtel de ville et le Capitole ou le siège de l’Assemblée provinciale. Désormais, l’organe délibérant de la ville-province de Kinshasa, ne va plus siéger au Collège Boboto. De même, que l’Hôtel de ville dispose d’un immeuble à trois niveaux qui peut servir à beaucoup d’utilisations d’intérêt communautaire.

Chrétien, il a appris à reconnaître que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu et de ceux qui sont appelés selon son dessein, raconte une source qui sait le côtoyer ces jours, ajoutant qu’il a abandonné de suivre des émissions politiques pour se réfugier dans les séries télédiffusées latino-américaines Novelas.

C’est ce qui justifie sa sérénité et sa confiance dans l’avenir, conclut la même source.

Anastaili Nku


Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.