Discrimination de la province du Kasaï dans le Gouvernement et Cabinet Tshisekedi : Le Député Simon Mulamba dénonce !


27 Aug

Doux, paisible et innocent, l'honorable Simon Mulamba Mputu, élu du territoire de Tshikapa, dans la province du Kasaï est connu pour son franc-parler. Il n'a pas sa langue en poches, lorsqu'il veut parler. C'est ce que l'on peut retenir de sa dernière sortie sur les réseaux sociaux à travers une dénonciation contre la composition du Gouvernement et du Cabinet du Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. 

D'abord dans le Gouvernement, aucun membre de cet espace, le tout pouvant se confondre au tout :"Grand Kasaï''. 


Puis dans le Gouvernement Sylvestre Ilunga Ilunkamba, un seul ressortissant de la province du Kasaï. Monsieur Clément Kuete. Qui doit avoir été là, pour avoir donné dans le comité stratégique de campagne du candidat malheureux à la présidentielle du 30 décembre dernier, Emmanuel Ramazany Shadary.


Sur 16 membres du gouvernement pour le Grand Kasaï, dénonce l'élu de Tshikapa, ''ma chère province a obtenu 1 seul poste au lieu de 3. Le Grand-Kasai est composé de 5 provinces. Pourquoi ce déséquilibré?'', s'est interrogé Simon Mulamba Mputu, qui poursuit : "Nous dénonçons cette discrimination qui a commencé avec le Cabinet du Chef de l'Etat, le programme d'urgence des 100 jours du Chef de l'Etat''. C'est comme si les yeux de Félix-Antoine Tshisekedi ne sont tournés que vers d'autres provinces constituant l'espace Grand-Kasaï, en discriminant la province du Kasaï.


Et là, Mulamba Mputu en appelle à la solidarité et à l'unité des Parlementaires de la province du Kasaï en lançant un cri d'alarme :"Si les députés et sénateurs du Kasai ne sont pas soudés, la Province du Kasaï risque d'être jetée dans les oubliettes même lors de l'élaboration du budget 2020 voire dans le programme d'actions du Gouvernement".


Pour cela, il donne des cas graves:"Aucun Conseiller spécial au Cabinet du Chef de l'Etat, aucun membre au Bureau de l'Assemblée Nationale, aucun membre au Bureau du Sénat où le fils du Kasaï, Evariste Boshab Mabudj-Ma-Bileng a été piégé et trahi, aucun Vice-premier Ministre, ni Ministre d'Etat".


Ce qui le pousse à piquer une crise de colère pour décrier la place réservée aux politiques de la Province du Kasaï :"Nous sommes seulement des suiveurs et spécialistes en coups bats entre nous-mêmes".


Il ne s'arrête pas à sa colère, il lance envers ses frères et sœurs de province : "Réveillons-nous, prenons conscience. Cette notion de Grand Kasaï est une stratégie pour mater notre chère province'', tranche-t-il.


Simon Mulamba Mputu va très loin. Toutes les provinces ont déjà composé leurs caucus des députés pour faire le plaidoyer auprès des institutions du pays, sauf le Kasai qui est bloqué. Pour cause, avance-t-il, l'égo de tous les députés. Ce qu'il dénonce.

Sur les trois collines: Kele, Dibumba et Kanzala, la consternation était lisible sur les visages des Tshikapiens, à la lecture de cette ordonnance portant nomination des membres du Gouvernement. Udps et Unc ont sacrifié leurs électeurs au profit de ceux du FCC... Ce qui est déplorable, a-t-il conclu.


Loin du pays pour des raisons familiales, avec l'autorisation du Bureau, cette alerte a rencontré une réaction farouche de certains membres du forum réunissant un grand nombre de membres de cet espace. Pour certains, il devait aller faire cette dénonciation sur la RTNC; pour d'autres, prendre l'initiative. Aux uns et aux autres, le Cabinet de l'honorable Mulamba, contacté par IMPACT NEWS, indique que ce n'est pas tout le monde qui suit la RTNC. Sur les réseaux sociaux, le message peut aller à une grande vitesse et atteindre un grand nombre des personnes. Surtout que tous les députés et sénateurs du Kasaï ont chacun recruté certaines personnes qui travaillent nuit et jours sur les réseaux sociaux pour leur faire des rapports chaque jour en vue d'attaques ou de contre attaques le cas échéant. 

Bien plus, d'aucuns n'oublient l'arrogance et l'orgueil de certains élus du Kasaï qui se sont fait dieux. Comment ceux-ci pourront-ils facilement se plier à une initiative prise par celui qui vient d'arriver dans l'hémicycle et dont la communauté a été l'objet de risée durant les deux dernières décennies ?

Dossier à suivre.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.