Conflit de propriété dans le Katanga : A qui appartient MCK ?


20 Aug

Peut-être qu’on ne le sait pas. Les choses ont changé. C’est désormais un Etat de droit prôné par le nouveau Président, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo dont l’idéal de son père reste :’’Le Peuple d’abord’’. Un idéal largement partagé par l’homme de la solidarité nationale. Le Bâtonnier Jean Claude Muyambo Kyassa, celui-là même qui a doté le barreau de Lubumbashi d’un immeuble de valeur. C’est cet avocat du Peuple, aussi opérateur politique, de par son Parti politique, Solidarité Congolaise pour la Démocratie et le Développement, SCODE, qui est venu au chevet des agents et cadres de l’entreprise Mining Katanga Company, MCK qui ont été licenciés abusivement par leur Directeur, Monsieur Pascal Beveraggi. C’est ce qui justifie le point de presse tenu ce lundi 19 août 2019, dans sa résidence située dans le quartier Macampagne, commune de Ngaliema à Kinshasa où il a fustigé le comportement colonialiste de cet homme qui a profité de l’absence du patron de l’entreprise, Moïse Katumbi Chapwe, pour extorquer non seulement ses titres de propriété sur ses concessions, mais a licencié beaucoup d’agents abusivement de MCK, sans payer leurs décomptes finals.  


Cet homme à l’esprit colonialiste s’est recroquevillé derrière certains caciques du régime de triste mémoire de Joseph Kabila pour licencier les Congolais et spolier les biens de son ancien patron, Monsieur Moïse Katumbi Chapwe qui l’avait engagé dans cette entreprise.


Ces pauvres agents ont commis comme péché, ‘’s’être opposé aux ambitions démesurées du sieur Pascal Beveraggi de spolier les titres de propriété de Moïse Katumbi, lors de son long exil forcé.


A ce propos, l’ancien Bâtonnier est catégorique : ‘’Monsieur Pascal Beveraggi doit revenir au bon sens. Il doit abandonner la voie périlleuse de vouloir compter sur la complicité des anciens caciques du régime Kabila pour extorquer MCK à Moïse Katumbi Chapwe. Ce qui provoquera des conséquences graves’’, a prévenu Jean Claude Muyambo qui a mobilisé tous ses cabinets de Lubumbashi et de Kinshasa pour suivre Pascal Beveraggi dans tous ses derniers retranchements en vue de rétablir ses agents et le propriétaire de MCK dans leurs droits.


Très tranchant, Jean Claude Muyambo a rappelé : ‘’Pendant ses années d’exil, Katumbi avait collé un procès à Beverragi en France et Katumbi l’avait remporté. Parce qu’il détient les originaux et titres de propriété de MCK’’, a révélé Muyambo.


Voilà pourquoi, le Président de la SCODE exige à Beverragi:

‘’Primo: de payer les décomptes finals des employés de MCK ;


Secundo: d’abandonner la voie périlleuse et scandaleuse de vouloir s’accaparer de MCK, car cette Entreprise est de droit à Katumbi’’.


A ce sujet, Jean Claude Muyambo a été très ferme : ‘’Katumbi va recourir à toutes les voies de droit pour récupérer son Entreprise’’. Pour cela, Katumbi est prêt à vendre même ses chaussettes.


Qui est Pascal Beverragi?


Beverragi a été engagé au MCK par Moïse Katumbi Chapwe au rang d’un Directeur de Département. Son salaire net était de 15.000 Usd le mois. Grâce à cet emploi, il va en profiter pour s’introduire dans les milieux maffieux et politiques katangais. C’est comme cela qu’il va réussir à prendre les poils de la bête pour servir certains intérêts kabilistes sous son nom. C’est aussi par ce canal qu’il lui a été proposé de contrer Katumbi sur son terrain populaire : le sport. Ce qui justifie l’envie qui l’a porté à la tête de l’équipe locale de renommée africaine, FC St Eloi Lupopo.


Comme au Katanga, pour réussir dans la maffia, il n’y a qu’un triangle, l’actuel patron de Lupopo a été conseillé pour suivre cet angle :’’Sport – Politique – et Affaires’’. Ainsi, aujourd’hui, il est dans les affaires, dans le sport et dans la politique derrière certains caciques du régime Kabila avec qui il partage les actions dans ce qu’il présente comme ses entreprises. Nous y reviendrons.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.