Commémoration des martyrs de la démocratie et de l’alternance : Augustin Kabuya pur une date unique dédiée à tous les martyrs du combat politique de l'UDPS


23 Sep

Beaucoup ont voulu voir l’UDPS à côté de l’ECIDE pour commémorer les dates macabres du 19 et du 20 septembre 2016 où le Sphinx de Limeté avait décrété la descente sur terrain pour montrer à Kabila le carton jaune qui marquait la date de la convocation du corps électoral par la CENI, soit 90 jours avant la fin de son second et dernier mandat. Comme d’habitude, beaucoup de Congolais ont répondu à l’appel du Président de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social UDPS, Etienne Tshisekedi wa Mulumba d’heureuse mémoire. 

Le régime sanguinaire de Joseph Kabila ne s’est pas empêché de tirer à balles réelles. Plusieurs morts sont tombés. Kabila n’en a reconnu qu’une dizaine, soit 40 ; tandis que l’Opposition et la société civile ont compté plus de 100 personnes qui sont tombées ce jour. Cette marche et son bilan macabre ont sensiblement contribué à la fragilisation du régime de Kabila qui, face à la pression interne et internationale, n’a pas pu résister pour accepter l’organisation des élections le 30 décembre 2018, après plusieurs atermoiements. 

L’UDPS déjà au pouvoir a refusé de se mettre avec les autres partis politiques pour commémorer ce jour. Elle a opté pour une messe de requiem ce samedi 21 septembre en vue de commémorer les dates du 19 et 20 septembre 2016, à la Paroisse Saint Dominique de Limeté au cours de laquelle on a noté la participation de plusieurs Combattants et autres personnalités.

Prenant la parole, le Secrétaire Général de l'UDPS a indiqué que son parti envisage retenir une seule et unique date pour rendre hommages aux femmes et hommes victimes de la lutte pacifique menée la fille aînée de l’Opposition.

À en croire le Secrétaire Général de l'UDPS, Augustin Kabuya qui intervenait à la messe de ce jour, son parti dispose d'un registre qui reprend les noms de toutes ces victimes.

Cependant, il a demandé aux opérateurs politiques à ne pas politiser ces événements malheureux, mais de penser à aider les familles éplorées à cicatriser leurs plaies encore béantes. À la population, il a demandé de passer ces journées dans la méditation.

Proma Mianda


Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.