A travers un ordre de mission collectif : Amy Ambatobe signe un scandale!


19 Feb

A travers un ordre de mission collectif :

Amy Ambatobe signe un scandale!


116 personnes sont déployées à travers la République pour contrôler la tenue des répertoires des installations classées de la Catégorie 1a auprès des Coordinations provinciales ; constater et liquider la Tt, TRA et TAPO pour les Installations Classées de la Catégorie 1a nouvellement implantées, afin de mettre à jour le répertoire national; Vérifier les documents d'exploitation des Installations Classées de la Catégorie 1a; S'assurer de l'exactitude des déclarations des éléments d'assiettes taxables pour l'exercice 2016, 2017 et 2018 de la Catégorie 1a par un prélèvement contradictoire ; Contrôler la réalisation effective des études d'impact environnemental et sociat et/ou du plan de mise en conformité environnementale et sociale des Installations Classées de la Catégorie 1a ; constater sur procès-verbal toutes les infractions en matières des Installations Classées de la Catégorie 1a ; Procéder, le cas échéant, au redressement et à l'application de régime des amendes conformément aux textes légaux et règlementaires ; Requérir le parquet du ressort en cas d'obstruction ; Faire rapport à la hiérarchie''.


C'est le ministre de l'Environnement et Développement Durable, Amy Ambatobe qui signe ce 07 février 2019, un ordre de mission collectif numéro CAB/MIN/EDD/AAN/TNT/SAA/2019.


Cette mission est placée sous la coordination de Monsieur David MBUSA VANGI SiVAVl, Directeur Général à l'Environnement et Cadre de Vie, et sous la supervision des Messieurs Jean-Marie BANGONZY ESSO LISONGO, Gabriel YUMA OKITAWAO, Gabriel TWAKWILA WA MUBEDI et Prince FATAKI, Directeur-Chef de Service de la Cellule de Contrôle et Vérification (CCV), Directeur-Expert/Secrétariat Général et Chargé de Mission du Ministre de l'Environnement et Développement Durable.


116 personnes dont les membres de son Cabinet démissionnaire vont envahir les entreprises privées dans les provinces du Kongo Central, Kinshasa, Tshopo, Ituri, Haut-Uélé, Nord-Kivu, Sud-Kivu, Maniema, Haut-Katanga et Lualaba.


Et pourtant, le Gouvernement est réputé démissionnaire et en train d'expédier les affaires courantes. Amy Ambatobe refuse de comprendre cette réalité pour arrondir les angles d'une autre manière par l'envoi de cette mission dans les provinces jugées bien juteuses. Il signe ce scandale en mettant cette massive mission sous la charge du trésor public.


Surtout qu'en ce moment où d'ailleurs pour éviter pareils scandales, le Président de la République avait interdit, le mouvement du personnel, les dépenses ainsi que d'autres charges, sauf sur son autorisation préalable. 

Voilà pourquoi toutes les entreprises visitées crient au scandale surtout que certains missionnaires exigent d'être pris en charge par les entreprises visitées et ce, pendant nonante (90) jours ouvrables pour un départ et un retour dont les dates ne sont pas fixées.


Ce qui est très scandaleux, est que dans cet ordre de mission, on trouve de Nouvelles Unités (NU), amis ou parentés au ministre dont le mandat au parlement devrait d'ailleurs être confirmé d'ici 24 heures, selon le communiqué du Premier Secrétaire de l'Assemblée Nationale, l'honorable Jackson Ausse.


Les voix se lèvent déjà pour demander au Président de la République de prendre le taureau par les cornes à travers des mesures courageuses de manière à mettre fin à ce qui paraît une tracasserie de plus pour un pays dont le climat des affaires est très crispé.

Dossier à suivre.

0559_001

Anastaili Nku.

Ci-dessous l'ordre de mission

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.