Vous avez dit : complémentarité ? 1


24 Mar

Vous avez dit : complémentarité ? 1


Ephésiens 4.11 et 12 - Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l’œuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ,


J'aimerais que nous réfléchissions un peu à la complémentarité des ministères. Chaque ministère a sa spécificité mais il n'est pas complet en lui-même. C'est très important, si nous sommes au service de Dieu, de connaître notre sphère de service ainsi que nos « limites ». Le but étant de « perfectionner les saints », Dieu nous appelle à équiper ses enfants dans le domaine qui est le nôtre mais... c'est primordial que nous trouvions d'autres serviteurs pour équilibrer cette formation. Pensez à l'image de quelqu'un qui se muscle toujours le bras gauche sans jamais se muscler le bras droit.


Je parle de ceci parce que dans beaucoup de communautés, il y a un déséquilibre flagrant. En fonction du leadership, la communauté sera tout pour le prophétique, ou tout pour la théologie, ou tout pour l'évangélisation, ou encore tout pour le bien-être du troupeau. On retrouve ainsi des membres très en pointe dans un domaine, mais très pauvres dans l'autre.


La mouvance prophétique est une très bonne chose mais elle a besoin d'un appui scripturaire solide. Le « prophète » doit pouvoir s'entourer du « docteur ». A l'inverse, le docteur a besoin de la voix prophétique pour que la lettre prenne vie. Les soins pastoraux sont une excellente chose mais le ministère initial de l'église, c'est quand même d'aller chercher les perdus même si c'est inconfortable. A contrario, si l'église est toujours sur le front sans aucun soin, les pertes seront grandes.


Malheureusement, ce qui arrive souvent, c'est que les communautés invitent des ministères qui leur ressemblent et la lacune n'est pas comblée. Mes bien-aimés, si nous sommes responsables d'une communauté, réfléchissons à cela. Ayons l'humilité de reconnaître nos limites, cherchons sur place notre complément (le Seigneur a souvent mis à nos côtés des talents qui nous complémentent), et s'il n'est pas sur place, cherchons le ministère qui fortifiera le côté faible de notre communauté. Nous moissonnerons alors des hommes et des femmes robustes dans la foi.


Bonne réflexion.


EZ37M © www.mfpg.be

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.