Le sport de l’âme !


09 May

Colossiens 3.13 - Supportez-vous les uns les autres, et, si l’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi.


Nous avons déjà parlé du pardon dans nos pensées, mais ce sujet est tellement important qu'il vaut la peine d'y revenir. Vous et moi sommes entourés de gens pas faciles à vivre. Que ce soit des voisins, des collègues, des chefs, des frères et sœurs en Christ ou même des personnes de notre propre maison, certaines ont le don de nous taper sur le système et de faire monter en nous l'irritation ! C'est bien humain que les « caractères » s'affrontent, s'agacent et malheureusement se blessent.


Nous aurions aimé que la Parole de Dieu nous conseille de balancer les quatre vérités, de se lâcher, d'exprimer haut et fort ce que l'on pense de l'autre... mais, elle n'est pas du tout de cet avis. Elle nous encourage à supporter, à endurer et à pardonner. Non seulement pardonner, mais pardonner comme Christ.


Le Seigneur sait très bien le processus que suit notre âme. Elle s'irrite, elle se met en colère, elle ouvre la porte à l'amertume et à l'animosité pour finalement être envahie par une rancune tenace. Or, quand nous entrons dans ce processus, nous devenons la première victime de cette souffrance. Nous sommes atteints par une gangrène qui nous ronge et qui nous ronge encore.


Faisons-nous du bien, ayons du respect pour nous-mêmes, n'acceptons pas que ces sentiments négatifs destructeurs remplissent notre être intérieur. Comme le dit souvent mon épouse, le pardon est une décision ! Quand vous souhaitez maintenir votre corps en forme, vous pouvez prendre la décision de faire du sport. Vous n'aimez peut-être pas cela, cela vous coûte des efforts mais c'est le chemin vers la bonne santé. De même, notre nature humaine n'aimera pas pardonner, cela nous coûtera des efforts pour que notre décision reste ferme et solide mais le résultat en sera que notre âme jouira d'une bonne santé.


Mes bien-aimés, n'acceptons pas un seul jour de plus d'être victimes de la rancune. Même si notre cœur ne ressent rien, même si l'auteur de notre souffrance s'en balance royalement, prenons la décision de pardonner : « Oui Seigneur je prends la décision de pardonner, je veux faire du bien à mon âme et surtout Te plaire, viens à mon secours ».


Bonne réflexion.


EZ37M © www.mfpg.be

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.