L’humanité de Jésus !


19 May

Philippiens 2.7 - (Il) s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes.


Notre verset fait référence au Seigneur Jésus. J'aimerais que nous posions notre réflexion sur l'humanité de Jésus. Beaucoup d'enfants de Dieu ont encore du mal à discerner qui était Jésus quand Il était sur la terre. Ce qu'Il était à cette époque n'est plus ce qu'Il est aujourd'hui : Il est dans la gloire, Il a reçu le nom qui est au-dessus de tous les noms, Il est Seigneur des seigneurs, Roi des rois... Néanmoins, pour nous laisser pleinement pénétrer par l'exemple qu'Il a été, nous devons percevoir son humanité.


En venant sur terre, le Seigneur Jésus n'a pas perdu sa divinité, mais Il s'en est volontairement dépouillé. Il a accepté, par humilité, d'être limité comme un être humain normal. La puissance qui accompagnait son ministère n'était pas le fait qu'Il est Dieu, mais le fait de sa consécration et de son intimité avec le Père. Ses victoires, Il les a remportées sur ses genoux, par le jeûne et la prière. Ce n'était certes pas plus facile pour Lui, au contraire, tout ce qu'Il a vécu : la souffrance et le rejet, l'opposition et la critique, l'abandon et la solitude... Il les a vécus dans la faiblesse de l'humanité, son seul secours venant de sa relation profonde avec son Père et la présence du Saint-Esprit.


Mes bien-aimés, si nous comprenons cela, nous pourrons être pleinement encouragés par son exemple. Si Lui y est arrivé, malgré toutes ses limitations, cela veut dire que nous aussi nous pouvons y arriver ! La souffrance fait peut-être partie de notre vie mais convenons qu'elle n'est pas à la mesure de la souffrance que Christ a subie.


Jésus Lui-même n'a-t-Il pas dit que nous ferions de plus grandes œuvres ? (Jean 14.12). Comment cet Homme a-t-Il été plus que vainqueur ? Par une dépendance totale à Dieu. En ne faisant rien, même en ne disant rien qui ne soit en plein accord avec l'œuvre et les Paroles de Dieu. En se réfugiant dans une présence intimiste avec Dieu, en utilisant la Parole comme une épée, en obéissant aux injonctions du Saint-Esprit. Que cet exemple exemplaire nous parle, nous encourage, nous console, nous donne de l'audace, nous fasse crier avec joie : « Quand je suis faible, je suis fort » ! (2 Corinthiens 12.10).


Bonne réflexion.


EZ37M © www.mfpg.be

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.