L’esprit au contrôle !


15 May

Genèse 2.7 - Le Seigneur Dieu prit de la poussière du sol et en façonna un être humain. Puis il lui insuffla dans les narines le souffle de vie, et cet être humain devint vivant. (BFC)


Si nous comprenons bien ce verset, Dieu façonna avec de la matière le corps d'Adam, Il insuffla en lui un esprit de vie et il devint une âme vivante. L'homme, à l'image de Dieu, a été créé en trois parties : son corps, son âme et son esprit. Cela veut dire que dans chaque être humain il y a une partie de Dieu qui est l'esprit. C'est pour cela que Salomon pourra dire que dans le cœur (le centre) de l'homme, il y a la pensée de l'éternité (Ecclésiaste 3.11). Malheureusement le péché a fait mourir l'esprit et il n'y a que le miracle de la nouvelle naissance qui peut remédier à cet état.


Cette partie de Dieu en nous cherche à rejoindre son Créateur. Notre esprit a un besoin éternel d'être en communion avec Dieu. L'angoisse la plus terrible de l'enfer sera d'être séparé pour l'éternité de la présence de Dieu, ce sera le sujet d'un tourment perpétuel.


L'être humain est devenu une âme vivante. C'est ce qui fait notre personnalité ! C'est là que se trouve le siège de notre volonté, de notre intellect et de nos sentiments. A cause de la chute, l'âme est devenue rebelle à Dieu et elle supplante l'esprit. Quand nous nous donnons à Christ, notre esprit reprend sa capacité de vie. Le défi quotidien de la vie chrétienne, c'est que l'esprit arrive à soumettre l'âme ; que celle-ci soit métamorphosée par la Parole de Dieu et la communion avec le Saint-Esprit. Le caractère de l'âme non régénérée est le pire ennemi de la vie spirituelle en nous. C'est pour cela que la conversion n'est pas le fruit d'un sentiment ou d'une sensation mais le fruit du réveil de la conscience.


Mes bien-aimés, j'explique tout cela pour que nous sondions la « valeur » de notre conversion. Qu'est-ce qui m'a amené à Jésus, le Christ ? Quand j'ai entendu la Parole de Dieu, ma conscience s'est-elle réveillée et ai-je été convaincu du péché dans ma vie ? Mon caractère a-t-il radicalement changé pour « s'aligner » sur les qualités du fruit de l'Esprit (Galates 5.22 et 23) ? L'enjeu est trop important pour que nous négligions une question aussi essentielle. Il ne suffit pas de dire : « Seigneur, Seigneur ! ». Si notre esprit, sous l'impulsion de l'Esprit de Dieu, n'a pas le contrôle de tout notre être, il est temps d'invoquer le Seigneur pour qu'Il vienne à notre secours !


Bonne réflexion.


EZ37M © www.mfpg.be

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.