Garde ton sang-froid !


19 Jun

2 Timothée 3.2 et 3 -  Car les hommes seront... intempérants,


La tempérance ou la maîtrise de soi est probablement l'aspect du fruit de l'Esprit qui doit le plus se développer en nous ! Combien de temps pouvons-nous garder notre sourire « angélique » dans une situation énervante ? Arrivons-nous à « dompter » les poussées colériques qui montent telles une rivière en cru jusqu'à nos narines ? Nous sommes malheureusement tellement humains !


Pourtant mes biens aimés, il est extrêmement important d'y arriver et de demander le secours du Saint-Esprit dans ce domaine. La colère est profondément destructrice. Elle laisse de nombreuses séquelles chez ceux qui nous entourent sans compter qu'elle raccourcit notre vie et détruit nos relations !


On se cache souvent derrière l'exemple de Jésus qui s'est mis en « colère » dans le temple pour justifier nos emportements. Lisons bien mes amis, dans aucun évangile il n'est dit que Jésus était en colère ! Son geste est expliqué par un zèle ardent pour la maison de son Père. Jacques au contraire, dans son épître, nous avertit que ce n’est pas en se mettant en colère qu’un homme accomplit ce qui est juste aux yeux de Dieu (Jacques 1.20).


Nous voyons sous nos yeux l'accomplissement de la prophétie de Paul, le monde est rempli d'hommes et de femmes en colère, sans retenues, s'emportant pour un oui ou pour un non. Bien sûr il y a des explications à cela : la pollution sonore, le stress, les angoisses et les psychoses... mais la paix que Dieu nous propose ne devrait-elle pas nous maintenir dans un état paisible, tranquille et posé ?


Soyons clair : une colère non réglée ouvre la porte au diable (Ephésiens 4.26 et 27) ! Ce n'est pas un problème plus grave qu'un autre, mais c'est un problème. Prenons conscience que nous avons besoin de changer, de maîtriser nos ardeurs, de porter le fruit paisible de justice. La croix est suffisamment puissante pour changer nos caractères !


S'il fallait terminer cette pensée par une prière, elle serait celle-ci : « Seigneur, je veux être un témoin de ta douceur ! Aujourd'hui je m'interdis de me mettre en colère et de m'emporter, je Te demande la sagesse pour appréhender les difficultés, je veux rester dans le calme confiant que Tu es au contrôle de toute ma vie...


Un dernier verset ?  Laisse la colère, abandonne la fureur ; ne t’irrite pas, ce serait mal faire (Psaume 37.8) !   


Bonne réflexion !  


Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.