Fatigué ?


23 Mar

Fatigué ?


Matthieu 11.28 - Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.


Il y a plusieurs sortes de fatigues : la fatigue physique, la fatigue intellectuelle, la fatigue psychique ou émotionnelle… Il y a également la fatigue physique due à la douleur qui provoque une fatigue émotionnelle…


Si je crois que dans notre verset du jour, Dieu peut et veut accorder le repos à nos corps fatigués, même parfois épuisés après une journée de travail, je crois que ce verset s’adresse plus particulièrement à ceux qui sont fatigués et chargés par des poids qui ne se voient pas à l’œil nu ! 


La fatigue peut être due à une addiction contre laquelle tu te bagarres et tu t’épuises. Peut-être es-tu fatigué de te « battre » contre des pensées qui t’harcèlent : cette peur incessante qui t’envahit jour après jour. Es-tu fatigué de devoir à chaque instant résister à ces douleurs qui t’assaillent ? Es-tu fatigué par toutes les formes d’injustice qui sont autour de toi, c’est lourd sur tes épaules mais surtout sur ton cœur ? Es-tu fatigué de ces personnes qui prennent des engagements mais ne les respectent pas ? Fatigué des gens qui ont deux discours et des actes opposés ? Fatigué de voir certains chrétiens se comporter comme des moutons parce que c’est « un tel » ou « une telle » qui apporte la Parole, alors que ce qui est dit n’a rien à voir avec ce que nous enseigne l’Écriture ? Fatigué de prier pour cet enfant qui s’égare... 


J’aimerais aujourd’hui parler de la croix. Celle sur laquelle Jésus a accepté de mourir pour toi et pour moi, celle qu’il a dû porter jusqu’au mont Golgotha, lieu de la crucifixion. Imaginez un instant cette croix, elle devait être très lourde et très grande. Cette croix est également lourde de sens : elle représente tous ces poids que nous devons porter au quotidien. Ceux énumérés ci-dessus, mais ceux aussi qui vous sont propres. 


J’imagine Jésus, portant cette croix. Chaque pas qu’Il faisait devait être douloureux, terrible à vivre. Non seulement physiquement, car il avait déjà subi de la part des Romains un grand nombre de coups, mais aussi moralement car il avait été moqué et humilié. Que cette montée devait être difficile. Atteindre le sommet, ne se fait pas sans souffrance, sans moquerie, sans peur. Chaque pas effectué était déjà une victoire vers le tout est accompli.


On pourrait être tenté de dire : « Jésus a tout porté ». Oui, pourtant, Jésus Lui-même dit dans sa Parole : « Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge chaque jour de sa croix, et qu’il me suive » (Luc 9:23). Sommes-nous contraints et forcés comme l’a été Simon de Cyrène ? Certes non mais si nous voulons suivre Jésus, il nous faut nous charger de cette croix pour l’amener à Golgotha.


Cela voudrait dire quoi concrètement ? Que la vie est faite de joie, de bénédictions, de guérisons… mais aussi de peurs, de souffrances… qu’il nous faut parfois porter jusqu’à Golgotha, avec peine bien souvent, en étant tenté d’abandonner. Cependant, il nous appartient de la porter jusqu’au lieu où Jésus a tout remporté, lieu où Jésus a tout porté, pour enfin obtenir son repos et son joug à Lui qui est doux et léger. 


Ce que je veux dire : « C’est que le chemin vers la paix, la délivrance, le repos… nécessite parfois, pour ne pas dire souvent, un chemin de croix. Y aller avec persévérance vaut la peine car au bout de ce chemin se trouve la victoire. Ne te laisse pas abattre par ceux qui disent : « Ce n’est pas normal », mais continue à gravir la colline. Dieu t’enverra des Simon de Cyrène qui eux t’aideront de bon cœur sans se sentir obligé de la faire ».


Avec toute mon affection.


EZ37M © www.mfpg.be

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.