Violation du Moratoire en matière d’octroi des titres d’exploitation forestière : Les forêts congolaises en ruine ! Amy Ambatobe au banc des accusés et se disculpe !


11 Mar

Violation du Moratoire en matière d’octroi des titres d’exploitation forestière :

Les forêts congolaises en ruine !

  • Amy Ambatobe au banc des accusés et se disculpe ! 


Les forêts congolaises sont en ruine. A la base, les différents ministres qui se sont succédés à la tête de ce Méga Ministère de l’Environnement et Développement Durable. Un ministère à mettre au même rang que celui des Finances du Budget ou de la Santé en termes non seulement des recettes qu’il génère au trésor public ; mais aussi et surtout en fonction de son apport dans la conservation de la nature.


Compte tenu de l’importance des forêts congolaises estimées à plus de 160 Millions d’hectares, deuxièmes sur le plan mondial après l’Amazonie, de concert avec la communauté internationale, le Chef de l’Etat congolais, Joseph Kabila Kabange, a signé en date du 24 octobre 2005, le décret n°05/116 fixant les modalités de conversion des anciens titres forestiers en contrats de concession forestière et portant extension du moratoire en matière d’octroi des titres d’exploitation forestière.


Selon une source proche de la société civile qui a requis l’anonymat, tous les ministres qui se sont succédés à la tête de l’Environnement ont au départ annulé les titres accordés par leurs prédécesseurs avant de les réattribuer à d’autres concessionnaires aux montants exorbitants allant de 500.000 à 800.000$/ha. Tout a commencé avec Bavon N’Samputu par la violation de ce Décret du Président de la République. En arrivant à la tête du Ministère de l’Environnement, Bienvenu Liyota va annuler les actes de violation du moratoire. Avant de partir, il sera conseillé par un réseau maffieux au sein de ce Ministère de violer à son tour le moratoire. Il va également attribuer les concessions forestières à d’autres personnes. Un exercice resté pareil jusqu’à l’arrivée du Ministre du Ministre, Amy Ambatobe.


Cette source charge Amy Ambatobe d’avoir réduit le Ministère de l’Environnement au bas de l’étage.

Pour cette source, le Ministre Ambatobe a organisé le pillage systématique des bois par des expatriés, avec la planification de la Société MANIEMA UNION 2 propriété de la femme du Général Amisi Kumba dit TANGO FORT et mise en exécution par des sujets chinois de la Société CASTOR partenaires de la Société MANIEMA UNION 2 et de la multinationale WAN PENG INTERNATIONAL mieux côté en bourse, cfr ce site web (www.wan-peng.international.org).


‘’En effet, sur base des photos et vidéos prises à l’occasion d’une descente sur terrain par des personnes proches de nos sources dans la concession et port d’embarquement de bois de la société ITB, il est prouvé avec toute évidence du pillage de nos ressources forestières dans la province de l’Equateur, territoires de Bikoro et Ingende, cela avec la bénédiction de nos Autorités, spécialement Monsieur le Ministre de l’Environnement et Développement Durable Monsieur Amy AMBATOBE NYONGOLO, qui pour des fins pécuniaires (financement de sa campagne électorale aux législatives passées), s’était livré à cœur joie à l’attribution des concessions forestières en dehors de toutes les règles de gestion durable et de transparence et en violation du moratoire institué par le Chef de l’Etat’’, signale la même source avant de certifier que ‘’des chirurgiens forestiers chinois sont entrain de sillonner le fleuve Congo à la recherche des concessions forestières faciles d’accès et possédant des espèces forestières nobles (Wenge, Afrormosia, Bubinga, etc.), ce qui fait que ces Chinois opèrent par des intrusions dans des concessions forestières appartenant à certains concessionnaires légaux, sans aucune autorisation des autorités provinciales (autorisation de prospection qui doit être autorisée par le Secrétaire Général à l’Environnement et accordée par le Gouverneur de Province par une autorisation officielle signée par lui conformément à la réglementation’’, apporte la même source.

‘’Cette situation de gestion calamiteuse de nos ressources forestières bien orchestrée par le Ministre de l’Environnement se trouve entachée de plusieurs irrégularités de divers ordres, notamment’’, indique la même source qui illustre cette situation catastrophique par ‘’la violation du moratoire (décret n° 05/116) institué par le Président de la République, Chef de l’Etat interdisant l’octroi et les attributions des nouvelles concessions forestières qui a conduit à l’enrichissement illicite de Monsieur le Ministre Amy AMBATOBE NYONGO qui s’est permis de retirer de manière simplement illégale quelques concessions à autrui (une quinzaine) en addition aux concessions rétrocédées (vingt et une) pour les réattribuer à des tierces personnes, en l’occurrence la Société MANIEMA UNION 2 partenaire de la Société Chinoise GROUPE CASTOR, travaillant comme sous traitant de la firme WAN PENG INTERNATIONAL ci-dessus mentionnée. Ce forfait réalisé en violation des lois de notre pays en matière de Gestion des ressources forestières se chiffre à des millions de dollars américains’’, poursuit la même source, qui fait observer que chaque concession forestière cédée se négocierait entre 800.000 à 1.000.000 USD.

En plus de cela, le Ministre de l’Environnement ayant toujours bénéficié de l’appui mieux encore de la protection de son oncle qui n’est autre que l’Ancien Directeur du Cabinet du Chef de l’Etat sortant Diacre Néhémie Mwilanya, se serait permis en cette période de changement de régime, à violer les instructions du nouveau Chef de l’Etat en retirant très récemment des concessions forestières par la signature des arrêtés de reprise et de réattribution de ces concessions forestières en violation du moratoire, alors qu’il n’a plus droit à poser un tel acte, car déjà réputé démissionnaire.


Le Ministre Ambatobe est allé plus loin pour narguer le nouveau pouvoir en violant les instructions relatives à l’interdiction des nominations et mouvement du personnel de l’administration publique. Ambatobe a signé après cette instruction, soit le 12 février dernier, des arrêtés portant affectation d’un Chef de Bureau et Coordinateurs urbains de l’Environnement et Développement Durable pour les villes de BUKAVU, UVIRA, BARAKA, KAMITUGA (Sud Kivu) et RUTSHURU (Nord Kivu).

Retenue à a source des frais de mission à a base d’un décès

Avec son implication, certaines autorités du Ministère de l’Environnement se sont encore une fois de plus illustrées par la retenue à la source des frais de mission des Techniciens du Ministère en partance pour des missions officielles à l’intérieur du pays, les mettant dans des conditions précaires et rendant impossible l’atteinte des objectifs de leur mission. Cette situation vient provoquer l’irréparable. La mort le mercredi 27 février 2019 d’un agent (technicien) de l’administration, répondant au nom Hugues KIYEDI de la Direction d’Inventaires et Aménagement Forestiers, qui était victime de cette pratique et était obligé faute de moyens logistiques consistant, de se payer une place à bord d’un camion de fortune transportant des marchandises, quittant Aketi vers Kisangani. Ce camion des marchandises a connu un grave accident causant ainsi sa mort. Le corps de l’agent se trouvant encore à Aketi, devrait être rapatrié à Kinshasa le mardi 05 mars 2019 dernier.

La réaction d’Amy Ambatobe

Contactés, les services de communication du Ministre Amy Ambatobe rejettent toutes ces allégations, les mettant sur le dos du combat de ses détracteurs qui ne sont pas d’accord avec son ascension et surtout de son élection au Parlement de la Troisième législature de la Troisième République. Pour les services de communication, Ambatobe n’a rien à se reprocher. Cette source ne cherche qu’à nuire à sa carrière dans la mesure où il n’a réattribué que les concessions converties dans le respect de la loi et de la procédure y relative.

Surtout que cette réattribution a pour conséquence le développement des populations riveraines aux forêts par la réduction du taux de chômage, la construction des infrastructures routières, médicales et scolaires…

Dommage que le Ministre ait compris que l’approche de notre rédaction pour avoir le deuxième son de cloche et croiser les sources, consistait à danser à son rythme. Et pourtant, nous, on ne fait que notre boulot.

Dossier à suivre

Nicole Kakese

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.