Mines/Kasaï: Deo Mawaya Makoro creuse davantage le fossé entre la Division Provinciale et le Bureau urbain des Mines !


08 Aug

Le secteur minier est vital dans la maximisation des recettes au Kasaï. Sa gestion doit veiller au respect des textes légaux et réglementaires en vigueur dans la réalisation des activités minières pour assurer la traçabilité des substances minérales, de l'extraction à l'exportation.

     La Loi 007/2002 du 11 juillet 2002 portant "Code minier ", telle que modifiée et complétée par la Loi 18/001 du 09 mars 2018, définit les cadre et structures organiques ainsi que leurs attributions.

   Selon les sources concordantes, très proches du Ministre Provincial des Terres, Mines et énergie, le tout nouveau Ministre, Deo Mawaya Makoro se serait livré à une violation flagrante des textes légaux, surtout en matière des attributions de cadre et structures organiques. Accusé d'être sur les traces de son prédécesseur, Deo Mawaya Makoro a dans ses récentes correspondances creusé davantage le fossé entre la Division Provinciale des Mines et le Bureau urbain. Le Ministre dit n'être pas sur les traces de Kumakinga mais reconnaît qu'un conflit d'il y a plus de deux ans divise deux structures" la Division Provinciale et le Bureau urbain des Mines. Deo ajoute avoir écouté toutes les parties en conflit sur instructions du Gouverneur pour décanter la situation, à laquelle s'ajoute un autre dossier de Monsieur Kaladila, Chef de Division à d'intérim. Les conflictuels se sont embrassés en présence du Vice-Gouverneur, symbole de l'harmonie et un engagement d'ecoper une sanction en cas de récidive. Le Ministre relève dans ce dossier : le non respect des textes, non respect des attributions, non respect de la hiérarchie et le manque de collaboration dans son secteur. Une stratégie mise en place pour détourner les recettes, affirme le Ministre. Selon lui, le déploiement des Agents des mines dans les comptoirs d'achat des diamants est le noeud du problème qui mine le secteur. Le Ministre invite les opérateurs de son secteur à trançander les frontières sociales pour l'émergence du Kasaï. Les roues carrées ne peuvent pas faire décoller la Province, ces roues sont le tribalisme, la corruption, explique le Patron des mines au Kasaï.

   Que disent les textes légaux en matière des attributions ? 

 Le Ministre Provincial est compétent après Avis de conformité du Chef de Division Provinciale des Mines, pour exécuter, sous la supervision du Gouverneur, en concertation avec d'autres départements ministériels provinciaux impliqués, les édits relatifs à la politique Provinciale relative aux programmes miniers, minéralogiques, industriels, énergétiques d'intérêt Provincial. Le chef de Division Provinciale des Mines est compétent pour contrôler et surveiller les activités minières en Province. Émettre des Avis de conformité préalablement aux décisions et actes du Ministre Provincial relativement à l'administration des dispositions du code minier. Le Chef de Division assiste le Gouverneur de Province dans ses prérogatives constitutionnelles ; il assiste le Ministre Provincial dans l'exercice de ses fonctions. Et donc ,un collaborateur attitré du Ministre. Au Kasaï, c'est le Bureau urbain qui traite soit avec le Gouverneur, soit avec le Ministre même par sms au mépris des textes légaux.Précisons que la Division provinciale des mines compte, 111 Agents dont 9 chefs de Bureau, celui urbain des mines y compris. Ce dernier compte 7 agents et veille dans sa juridiction au respect des textes légaux dans la réalisation des activités minières et fait rapport à la Division. Le contraire se passe au Kasaï, où le Chef de Bureau urbain est un roitelet .

 Nos enquêtes retiennent qu'en matière de déploiement des Agents dans les comptoird au chef-lieu d'une Province, c'est le Chef de Division Provinciale qui établit le planning, tout en tenant compte de tous les Bureaux miniers, Antennes ou cellules. L'inverse se passe au Kasaï pour des intérêts privés. C'est plutôt dans un Bureau isolé où le Chef de Bureau a ses prérogatives de dresser la liste des Agents et en informe le Chef de Division Provinciale et non le Ministre Provincial des Mines. Le Chef de division provinciale à son tour, transmet hebdomadairement son rapport au Secrétariat général des Mines et au Directeur chef des services des investigations, lit-on dans une note circulaire du Secrétariat général.

  Le Ministre Provincial des Mines, le Chef de division provinciale, les chefs des Bureaux miniers et autres services miniers du Kasaï feraient mieux de respecter les textes légaux en vigueur ainsi que les attributions de cadre et structures organiques pour l'émergence du Kasaï mais aussi et surtout aider la Province dans la maximisation des recettes. La charpente administrative doit être respectée gage de la paix et de la cohabitation pacifique, de la collaboration pour l'intérêt de la Province. 

   Nyunyu wa Ngalala

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.