Tohu-bohu à l'Assemblée Nationale !


22 Apr

Tohu-bohu à l'Assemblée Nationale !


Kinshasa, le 22 avril 2019, buntu-buntu à la kinoise au Palais du peuple. De la confusion installée. Le tout autour de la candidature de Henri-Thomas Lokondo au Bureau définitif de l'Assemblée Nationale. Le PPRD ne veut pas avoir un concurrent de la taille de Thomas Henri Lokondo. François Nzekuye, l'homme à tout faire du PPRD a été chargé pour demander l'invalidation de la candidature de Thomas Henri Lokondo. Pour cause, l'indiscipline de celui-ci vis-à-vis de sa famille politique. Lokondo étant du regroupement politique Palu et Alliés, Palu et Alliés étant du Front Commun pour le Congo FCC qui n'a présenté qu'une seule candidature, celle de Jeannine Mabunda, on ne peut donc pas accepter une autre candidature, indépendante soit-elle, qui vienne de la même famille politique. Réaction, Buntu-buntu dans la salle. Thomas Henri Lokondo prend la parole. Il démontre noir sur blanc que les élections au niveau du Bureau définitif sont organisées, non par la loi électorale qui régit la présidentielle, les législatives nationales, provinciales... mais plutôt par le Règlement intérieur qui a fixé les modalités électorales. Celles-ci n'excluent pas une candidature indépendante. Bien plus, Palu et Alliés n'a jamais signé la Charte d'adhésion au FCC qui n'existe même pas au plan du droit selon les regroupements politiques qui ont des députés au Parlement. 

Ainsi, il a demandé au Président du Bureau provisoire de retenir sa candidature déjà entérinée. Palu et Alliés passe pour défendre la position de Nzekuye. Deux fois la plénière est suspendue. Au retour, le Président du Bureau provisoire soumet la motion de Lokondo aussi dans une confusion au vote. Elle est votée. Personne ne sait interpréter ce que vient de soumettre le Président avant de suspendre la plénière. Débandade dans la la salle avant que ne vienne un membre du protocole pour annoncer que la pause est prise pour dix minutes. Deux minutes après, les sièges des membres du Bureau sont enlevés.


Le PPRD veut gagner seul. A vaincre sans périls on triomphe sans gloire, crie un député dépité par ce qui venait de se dérouler. Même la motion de Albert Fabrice Puela n'est pas aussi soumise au vote. 

Devra-t-on conclure que la démocratie a été violentée ? Les jours à venir nous en diront plus

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.