Plaintes des Banyamulenge : Un signe qui annonce une guerre !


24 Oct

1996, 1998, 2004, 2009, 2012, la guerre d’agression menée par la coalition burundo-ougando-rwandaise, avait commencé par les plaintes des populations rwandophones, notamment l’ethnie Banyamulenge. Les agresseurs se sont servis de M’zée Laurent Désiré Kabila pour entrer en RDC, tuer et massacrer les Hutus. Par la suite, ils ont progressé jusqu’à arriver à Kinshasa, suite au refus de l’armée de Mobutu de se battre, avant de se faire surprendre par la malice de Mzée Laurent Désiré Kabila qui s’était autoproclamé Président de la République à Lubumbashi, le 17 mai 1997. Ils seront obligés de le verrouiller jusqu’à ce qu’il ait tenté de s’émanciper d’eux en juillet 1998. Ils vont tourner contre M’zée, armer Bemba, Zaidi Ngoma et Wamba-Dia-Wamba pour attaquer de nouveau et agresser la RDC. Cette autre guerre d’agression menée par MLC et RCD par procuration, a eu également comme signe annonciateur, les menaces qui pèseraient sur la sécurité des Banyamulenge. Aussi, Nkunda Batware, ainsi que Mutebusi en 2004 et 2009, se sont levés également pour permettre au Rwanda d’agresser encore la RDC tout simplement sur la toussaille des Banyamulenge. Bosco Ntanganda et Sultani Makenga, ont aussi agi sur base de mêmes plaintes. Voilà pourquoi, les jérémiades du représentant des Tutsis des plateaux de Minembwe, peuvent être considérées comme un signe qui annonce la nouvelle guerre d’agression contre la RDC, surtout que ces larmes s’accompagnent de prétendues attaques contre les positions rwandaises et burundaises dont seul media qui accompagne toujours l’agression contre la RDC, la RFI est le seul informé. 

C’est ici que les parlementaires congolais sont entrés en lice pour s’opposer à l’intervention conjointe des troupes étrangères comme ce fut le cas en 2009.

C’est depuis un temps que des documents attribués au Chef d’état-major congolais circulent et laissent entrevoir l’organisation d’un vaste programme interarmé. Lundi 21 octobre, le député Juvénal Munubo a saisi le Bureau de l’Assemblée nationale pour avoir l’explication du Ministre de la Défense.

Le député Juvenal Munubo veut d’abord savoir si les documents sont authentiques. Et au cas où ces opérations seraient réellement planifiées, il veut que le ministre élucide les motivations, les objectifs, les approches et les finalités de cette initiative.

Mais se basant sur des programmes antérieurs de même nature, Juvenal Munubo ne souhaite pas que le pays s’engage sur cette voie : ‘’Il y a eu déjà eu des opérations similaires. D’aucuns pensaient que ces opérations allaient conduire à la neutralisation du groupe FDLR. Mais ce qui s’est passé, c’est que les FDLR qui ont été dispersés, des suites de ces opérations, tous se sont rabattus sur des populations civiles’’.

Le député préconise plutôt le renforcement des Forces armées de la RDC : ‘’Placer des commandants soucieux de restaurer l’autorité de l’État à la tête des unités. Il faut une bonne collaboration aussi entre les forces de sécurité, c’est-à-dire l’armée congolaise, la police, les populations civiles, dans les zones d’opération. Il faut aussi une bonne collaboration avec la Monusco’’.

La question intéresse aussi l’autre chambre du Parlement. À la plénière de mardi, le sénateur Mabaya Gizi a demandé plus d’explications à Alexis Thambwe, président du Sénat : ‘’Je pense que l’histoire que nous avons tous vécue dans le pays devrait nous assagir et ne pas autoriser n’importe quoi’’ Alexis Thambwe a annoncé que la question sera traitée dès la prochaine séance.

Entre temps, ça brule à Minembwe, après que les terres de Beni aient été décimées pour servir à recevoir les migrants que le Président Kagame venait de recevoir pendant que le Rwanda n’a pas suffisamment d’espace pour loger ses propres peuples qui ne s’acceptent, ni ne se tolèrent.

Impact News


Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.