Lubumbashi ; Insécurité et trouble à l'ordre public, les présumés miliciens Kata Katanga et les forces de l'ordre s'affrontent violemment ce vendredi matin.


11 Oct

Ce vendredi 11 Octobre 2019, les lushois résidant dans les communes Rwashi et Annexe, situées toutes à l'entrée du chef lieu de la province du Haut-Katanga se sont réveillé embarqués dans une psychose totale, suite à la présence remarquée des présumés miliciens Kata Katanga qui se décideraient d'entrer en plein centre ville, pour les motifs qui sont les leurs.


La police étant vite informée par ceux qui avaient ses numéros verts, elle n'a pas été passive, et a vite dépêchée plusieurs éléments d'intervention accompagnés des FARDC qui se sont violemment affrontés avec les présumés miliciens Katanga Katanga trouvés sur le lieu, pour maitriser la situation et s'acquitter de sa mission qui est celle de sécuriser le peuple et leurs biens.


Ces présumés miliciens Bakata Katanga, de l’ancien seigneur de guerre Gédéon Kyungu qui s’était rendu aux services de sécurité d'il y a trois ans, ne s'en prennent pas aux habitants paisibles, mais aux agents de l'ordre qui viennent les barrer la route.


Il sied de rappeler que leur présence n'est pas supportée par la population de ce coin qui connaît une panique inexprimable et qui vit tous les jours dans une insécurité interminable et immaîtrisable semée par les hors la loi non autrement identifiés opérant chaque jour sans qu'ils ne se sentent inquiétés.


Les activités sont paralysées pour le moment, les écoles libèrent les élèves, le transport difficile à trouver.


Notons aussi que le mouvement des indépendantistes révolutionnaires africains (MIRA) parti cher à ancien chef miliciens Gédéon Kyungu qui totalise ce vendredi 11 octobre 2019 trois ans depuis sa reddition avait annoncé un meeting ce vendredi à Lubumbashi, meeting que le maire de la ville n'a pas autorisé pour des raisons de sécurité.


Bien qu'il y ait des blessés graves du côté de la population qui court dans tous les sens, aucun bilan matériel officiel n'est encore établi pour le moment vu que la situation persiste encore.


Gédéon ELONGA.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.