La victoire de Fatshi à la présidentielle : Trois K, bouclier de l’UDPS et du Président Fatshi !


25 Jan

La victoire de Fatshi à la présidentielle :

Trois K, bouclier de l’UDPS et du Président Fatshi !


Kabund-Kabuya-Kazadi, le trois K de l’UDPS, peut être considéré au bout de ce combat comme le bouclier du Président Félix Antoine Tshisekedi. Qui eût cru ? Que l’UDPS donnée déjà pour morte pouvait ressusciter et prendre des ailes jusqu’à occuper le Palais de la Nation ? S’est interrogé un militant de ce parti, trouvé en larmes au siège de la fille aînée de l’Opposition qui a refusé de se compromettre avec le régime corrompu qui a été installé depuis le Maréchal Mobutu jusqu’à ce jour.

Certaines mauvaises langues sont allées plus loin, se rappelle-t-il, pour  vociférer : ‘’L’UDPS a été vendue par maman Marthe Tshisekedi et Félix-Antoine Tshisekedi à Moïse KatumbiChapwe à plus de 20 Millions de dollar’’. Officiellement, ces mauvaises langues ont été appuyées par une grosse gueule de l’UDPS qui peut inspirer crédit. Il s’agit de la voix de l’ancien Conseiller Politique d’Etienne Tshisekedi Wa Mulumba, Valentin Mubake et l’autre de Bruno Tshibala, ancien SGA de l’UDPS, lorsqu’ils ont fait croire que l’UDPS était devenue Katumbiste.

En face de ces vociférations, sont restés fermes et constants, les trois K de l’UDPS. Il s’agit de Jean-Marc Kabund-A-Kabund, Augustin Kabuya et Me Peter Kazadi, respectivement Secrétaire Général, Porte-Parole de l’UDPS et Conseiller Juridique du feu Président de l’UDPS.

Ils ont été de tous les fronts : stratégies, médias, marches, etc.

Jean Marc Kabund a été traité de l’aile dur et radical de l’UDPS. A la mort de celui qui l’a nommé, l’on croyait que c’en était fini avec un parti qui s’est battu pendant 38 ans sans accéder au pouvoir. Mais Kabund est resté debout, assisté des militants de ce parti qui l’ont encouragé à garder le cap, étant donné que Félix Antoine Tshisekedi, obligé par devoir de solidarité avec ses pairs de l’Opposition, surtout les nouveaux venus, étaient obligé d’être tout le temps entre deux avions pour mener le combat là où se prennent de grandes décisions dans le monde. Deux figures emblématiques étaient répérables dans l’entourage du FATSHI dans ces tournées. Il s’agit de Michée Mulumba et d’Abraham Lwakabwanga. Deux ombres de Félix Tshisekedi. 

Assurant le front extérieur, le SGA de l’UDPS a été assisté par son titulaire qui était de tous les plateaux de télévision et de radio. Ce que l’on désigne désormais comme les Trois K à l’UDPS peuvent être appelés comme les gardiens du temple qui n’ont pas permis qu’il ne soit profané. Même lorsque le siège de l’UDPS a été incendié, ce sont eux principalement qui étaient visés par les ennemis. Ils ont tenu et peuvent être remerciés aujourd’hui par cette accession au pouvoir qui est un couronnement pour un combat mené pendant plus de 30 ans, se concainc notre interlocuteur. .

Mais c’est pendant ce temps, que certains opportunistes tombent comme un cheveu dans la soupe pour leur ravir la vedette au nom de la haine tribale vouée contre une tribu de la RDC.

Vont-ils baisser la garde ? Impossible, répond un combattant qui avoue que la base ne va pas laisser échapper cette victoire à ceux qui s’y sont donnés au péril de leurs vies.

C’est ici que toutes les langues se joignent pour jeter les fleurs à Jean-Marc Kabund qui a été le seul bouclier pour empêcher que toutes les flèches enflammées de l’ennemi, ne puissent toucher, ni le celui qui a été fait finalement Président National en remplacement du Sphinx de la démocratie, qui a enfin accédé au podium où l’histoire l’attendait.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.