LA TANZANIE S'ASSOCIE À LA RDC POUR TRAITER LE COBALT


01 Nov

En résumé

La RD Congo cherche à établir une fonderie en Tanzanie afin de minimiser les coûts de transport du cobalt brut expédié vers des marchés hors d’Afrique.
En vertu de cet accord, le gouvernement congolais utilisera des fonderies et d'autres usines de traitement de minéraux en Tanzanie pour traiter son cobalt brut en vue de son exportation.
La RDC produit plus de 70% du cobalt dans le monde, mais manque d'électricité et d'installations essentielles pour le traiter.
PUBLICITÉ

De APOLINARI TAIRO

La République démocratique du Congo cherche à établir une fonderie en Tanzanie afin de minimiser les coûts de transport du cobalt brut expédié vers des marchés hors d’Afrique.

En vertu de cet accord, le gouvernement congolais utilisera des fonderies et d'autres usines de traitement de minéraux en Tanzanie pour traiter son cobalt brut en vue de son exportation.

La ministre tanzanienne des Minéraux, Angela Kairuki, a récemment déclaré que le pays développait des usines de collecte de minéraux et de minéraux pour traiter ses minéraux bruts utilisables par la RDC.

"Nous sommes en train de négocier avec la RDC pour traiter le cobalt et d'autres minéraux en Tanzanie comme une option permettant de réduire les coûts de transport des minerais bruts vers les marchés d'outre-mer", a déclaré Mme Kairuki.

La RDC produit plus de 70% du cobalt mondial, mais n'a ni l'électricité ni les installations essentielles pour le traiter.

"La Tanzanie et la RDC étudient des alternatives clés qui nous permettraient de partager l'expertise minière et minière et la supervision de l'industrie minière", a ajouté Mme Kairuki.

Le ministre des Mines de la RDC, Martin Kabwelulu, et d'autres responsables du ministère étaient en Tanzanie la semaine dernière pour une mission d'enquête.

«Nous devons forger une stratégie commune qui nous permettra de vraiment tirer profit du secteur minier», a-t-il déclaré.

M. Kabwelulu a déclaré que la RDC enverrait ses experts en minerais et mines étudier à l'Institut des ressources minérales en Tanzanie pour s'informer sur les méthodes de production grâce au modèle du cadastre, ainsi que pour améliorer les systèmes de réglementation permettant de surveiller les chaînes de contrebande.

La loi minière modifiée de la RDC exige que les investisseurs soient plus responsables, paient des redevances plus élevées de 10%, au lieu de 2%, et veillent à ce que les fosses minières soient comblées dès la fin des activités, a-t-il ajouté.

La RDC, qui était au premier rang des producteurs de cuivre et de cobalt en Afrique, avait interdit l’exportation de cuivre et de cobalt bruts ou non polis il ya environ quatre ans afin d’encourager l’industrie locale à réorienter sa production vers des métaux finis de plus grande valeur.

Cependant, faute d'électricité pour traiter les minerais au niveau national, le gouvernement a assoupli l'interdiction d'exporter des concentrés de cuivre et de cobalt.
Environ 30% des métaux continuent d'être exportés sous forme de concentré.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.