Importation de la mort par FAB CONGO : Lorsque la justice couvre les assassins du peuple congolais


28 Jun

La mort est importée et vendue aux Congolais sous la couverture de certaines autorités congolaises. C’est le cas du pain Vimba fabriqué à l’aide de la farine mal conservée de FAB CONGO SARL dont un silo avait tué plus de cinq personnes sur la Cinquième Rue, Commune de Limeté Industriel l’année dernière.

Alors que cette société peine sous couverture de certaines autorités judiciaires et militaires à indemniser les familles des victimes et surtout à réhabiliter les infrastructures du Centre médical Moyi mwa Tongo que cet écroulement avait englouties, elle veut installer une boulangerie dans un quartier populaire de la commune de Kinshasa avec une matière première impropre à la consommation de nature à donner encore la mort à la population par son pain Vimba. Nos fins limiers s’étaient rendus sur les lieux d’entreposage de ces sacs de farine et ont réalisé que cette farine importée dans les mauvaises conditions est également très mal conservée. Les images prises démontrent que les détenteurs de ces dépôts n’ont aucun souci pour la santé des Congolais.

Alertés, les agents de l’Office Congolais de Contrôle, OCC, sont descendus sur le lieu d’entreposage et ont confirmé les résultats d’enquête de nos fins limiers. Très vite, ils ont résolu d’incinérer ces sacs de farine. Pendant qu’ils étaient en discussion avec les agents de FAB CONGO qui sont rentrés frauduleusement en RDC avec des visas touristiques, ils vont recevoir l’appel d’un Procureur Général près la Cour d’Appel d’une partie de Kinshasa pour les menacer qu’ils ne doivent pas toucher à un seul sac de cette farine impropre à la consommation.


En revanche, un arrangement est trouvé : incinérer seulement 3200 sacs en vue de bluffer la population pendant que d’autres sacs continuent à être vendus pour fabriquer le pain Vimba qui tue à petit feu les Congolais.

Un des agents de l’OCC, membre de l’équipe d’enquête, 50 ans révolus, n’a pas manqué d’exprimer son indignation et souhaiter même jouer au DV LOTERY pour aller à l’étranger et changer de nationalité, dans la mesure où ce sont les autorités congolaises qui couvrent ceux qui importent et vendent la mort aux Congolais. Surtout ce haut-magistrat qui ne sait pas qu’en dehors de lui et sa petite famille, les autres membres de sa famille élargie, oncles, tantes, cousins, neveux et nièces continuent à acheter ce pain de la mort. Et il sera le premier à leur acheter les cercueils et organiser des obsèques luxueuses alors que c’est par lui que la mort est entrée dans sa famille, sans savoir que c’est lui le vrai assassin pour avoir couvert ceux qui ont vendu cette mort.

Cet agent regrette que nos autorités soient aussi manipulables pour des raisons pécuniaires en acceptant de couvrir ces expatriés qui importent et vendent la mort à leurs compatriotes.

Ces autorités judiciaires et militaires oublient que nous avons des maladies non encore vaincues comme la fièvre à virus Ebola, la fièvre jaune ou la malaria qui tuent pour en rajouter d’autres qui provoquent dans beaucoup de cas de mort subite comme ce pain que la dame de fer de l’UDPS, Monique Kitoko, Secrétaire National à la Communication, a mangé avant de s’écrouler au Cabinet du Premier Vice-président de l’Assemblée Nationale. Qui ne sait pas si ce n’était pas le pain Vimba ?

La Bible déclare que c’est la justice qui élève une nation. Mais chez nous, c’est la justice qui enterre la Nation congolaise avec des magistrats véreux que l’on trouve aussi bien à la Cour Constitutionnelle que dans les autres cours et tribunaux.

C’est grave que certains Congolais acceptent de s’enrichir sur le dos des autres, quels que soient les procédés. On est là, devant trois menaces : judiciaire, lorsque certaines autorités interfèrent dans d’autres structures pour vendre la mort ; alimentaire, lorsque ces autorités savent bien le contenu de ces pains ; et enfin, commerciale, lorsque ces autorités laissent poreuses les frontières de la RDC pour en faire un dépotoir ou une poubelle du monde entier où tous les immondices en termes d’aliments, véhicules, téléphones peuvent être jetés.

Nous y reviendrons.

Nicole Kakese

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.