Course au perchoir du sénat : Boshab, She Okitundu, Matata et Thambwe se cognent les têtes !


06 May

 En politique, il n’y a que les intérêts. Pas d’amitié. Raison pour laquelle, tous les coups sont permis. C’est le moins que l’on puisse dire sur la bagarre qui s’est engagée entre les grands bonzes de la Kabilie ou du FCC qui veulent succéder à Léon Kengo Wa Dondo. La guerre est interne. Elle ne concerne que les trois grandes têtes de cette famille politiques. Principalement du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie, PPRD. Il faut ajouter l’AFDC et Alliés, Bahati Lukweko.  

L’ancien Secrétaire Général du PPRD et l’ancien Speaker de la Chambre basse, Evariste Boshab Mabudj-Ma-Bileng. L’homme qui a tout donné pour obtenir la révision de la Constitution en 2011 pour ramener à un tour le scrutin présidentiel, face à la menace Etienne Tshisekedi Wa Mulumba qui était rentré et s’est jeté dans la course. Il compte sur sa loyauté et sa fidélité au Président de la République dont il est un des farouches faucons du régime pour être proposé à ce poste. L’homme du sérail, Evariste Boshab Mabudj-Ma-Bileng semble sur une bonne voie surtout qu’il a été au front pour la consolidation du pouvoir de Joseph Kabila. Il a mis son savoir scientifique au service de Joseph Kabila, d’abord, pour lui obtenir la révision constitutionnelle ou l’inanition de la Nation congolaise. Ayant raté la première thèse, il a failli réussir avec la deuxième lors que son laboratoire a conçu et réussi l’embrasement du Grand Kasaï avec la mort du Grand Chef Kamuina Nsapu dont quelques parties du corps lui auraient été apportées en guise de preuves et de considérations spiritistes.

Cette guerre a fait gagner à Joseph Kabila au moins une année de prolongation au pouvoir.

Avant cela, Evariste Boshab est cet élément moteur qui a conçu la loi électorale qui conditionnait la tenue de la présidentielle et des législatives nationales à l’organisation de l’identification de la population à travers un mort-né, l’Office National d’Identification de la Population congolaise, ONIP.

La population avait organisé des manifestations qui ont été réprimées dans le sang avant que le sénat n’élague la disposition relative à cette condition. Deux mois plus tard, ce sont des fosses communes qui ont été découvertes à Maluku. Evariste Boshab répondra qu’il s’agissait des indigents dont les corps avaient fait très longtemps dans les morgues de Kinshasa.

C’est donc Evariste Boshab qui risque d’être proposé par l’ancien Président de la République Joseph Kabila Kabange pour réussir peut-être cette fois-ci, avec le contrôle déjà de la Chambre basse au FCC dont le Bureau est conduit par Jeanine Mabunda, la révision de la Constitution ou le changement d’une autre Constitution afin de permettre à Joseph Kabila de revenir calmement en 2023.


Leonard She Okitundu, le diplomate congolais de fer et candidat malheureux face à Leon Kengo wa Dondo en 2007. Le Vice-premier ministre et ministre sortant des Affaires étrangères est aussi dans la course pour rééditer une bataille électorale au perchoir de la Chambre Haute du Parlement. Dans son actif pour la consolidation du pouvoir de Joseph Kabila : une diplomatie agressive pour obtenir la levée des sanctions contre les bonzes du régime impliqués dans les violations massives des droits de l’homme et dans l’entrave à la démocratie. Ressortissant du Centre, l’homme a usé de son sang chaud pour recaler certains diplomates dont la très puissante Nicky Haley au Conseil de Sécurité. Durant son mandat, tous les dossiers sales de la RDC au niveau international ont été passés outre, compte tenu de son introduction dans les grands lobbies du monde. Le massacre des deux experts des Nations Unies, le génocide du Kasaï à la suite de l’attaque et la mort du Grand Chef Kamuina Nsapu, ont été bien simplifiés par She Okitundu, un des hommes du sérail qui peut donner sa vie pour Joseph Kabila.

Ancien Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat, le Sénateur élu du Sankuru, où il avait même usé des moyens peu catholiques pour obtenir beaucoup d’enrôles que des régions les plus habitées, Leonard She Okitundu peut également surprendre surtout que c’est un homme posé quoique très épidermique avec une locution très facile et diplomatique. Il pourra bien conduire les débats au niveau du Sénat et réussir aussi à faire passer certaines exigences liées à la survie politique de Joseph Kabila pour qui l’on se bat pour son retour à la tête du pays.

Face à ces deux poids lourds de l’espace Grand Kasaï, l’on aligne également deux grosses pointures de la Province du Maniema. Alexis Thambwe Mwamba et Augustin Matata Ponyo.


L’homme rigoureux, qui a un sens élevé des charges de l’Etat et ministre sortant de la Justice et Garde des Sceaux, Alexis Thamwe Mwamba attend aussi que l’ancien Chef de l’Etat le récompense. Il a été le policier privé et personnel de Joseph Kabila. C’est sous son mandat que tous les farouches Opposants au régime de Joseph Kabila ont été renvoyés en prison. Sous son impulsion, il a été trouvé des griefs pour les mettre en prison. Diomi Dongala, Franck Diongo, Huit Mulongo, Muyambo Kyassa, Moïse Katumbi, Ernest Kyaviro, Vano Kalembe Kiboko et certains activistes des droits de l’homme ou pro-démocratie ont été jetés dans différentes geôles avec des motifs montés de toutes pièces mais qui ont trouvé des raisons au regard de la loi.

Des procès contre certains Opposants, Journalistes ou activistes de droit de l’homme ont connu une célérité sous son mandat. Par contre, les procès des assassinats des journalistes et activistes des droits de l’homme n’ont pas connu leur aboutissement selon le droit ; mais ils ont été brouillés grâce à son influence personnelle.

Avec son caractère fort, il est le seul dans le camp de Joseph de bien imposer son autorité dans la police des débats au sein de la Chambre Haute du Parlement.


L’autre, c’est l’élu de Kindu, l’ancien Premier Ministre qui a été aussi élu Sénateur au Maniema. Posé, technocrate, pas très politicien, rigoureux, Augustin Matata Ponyo est cité aussi dans la course au perchoir de la Chambre Haute du Parlement. Il réunit toutefois le consensus de toute la famille politique. Mais il lui est reproché de ne pas faire des courbettes à Néhémie Mwilanya, lui et un ancien Gouverneur qui est également candidat au Bureau du Sénat.


Impact News


Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.