Candidat à la présidentielle prochaine, Prof Mbuyamu Matungulu : Intégrité, expérience et compétence au service de la Nation !


01 Oct

Le plus haut gradé en termes d’études, Professeur d’Universités et le seul qui a assumé les très hautes charges d’Etat, en gérant un méga ministère des Finances, Budget et Economie, Matungulu parait à l’instant le seul qui vaut en termes d’expérience pour avoir remis la RDC sur les rails de la stabilité monétaire qui a abouti à l’atteinte du processus PPTE en 2010. Cet ancien haut cadre du Fonds Monétaire International répond ainsi à l’appel de la Nation congolaise pour assister une population en danger de mort face à la misère que lui a imposée le régime de Joseph Kabila dont il s’est démarqué en 2004 en démissionnant pour ne pas cautionner les antivaleurs qui le caractérisent.

A la sortie du siège de la centrale électorale, l’homme qui avait choisi entre l’honneur en lieu et place de l’argent de honte, s’est confié à la presse pour déclarer que sa pensée va vers cette population en souffrance : ‘’Ma première pensée, en ce moment c’est l’ensemble de la population congolaise qui souffre beaucoup, nous le savons depuis, trop longtemps. Je demande à cette population de s’approprier le processus électoral, de façon telle qu’à son aboutissement, on crée un nouveau contexte. Un contexte de progrès dans lequel, nous pourrions travailler, dans lequel les parents peuvent s’occuper d’eux-mêmes et de leurs familles. C’est ce que nous voulons pour la RDC. Je me présente aujourd’hui, comme candidat à l’élection présidentielle’’, a-t-il déclaré, avant de rappeler : ‘’J’ai dit à certains d’entre vous que ma candidature était une candidature de civisme. Un acte de civisme. Je réponds à l’appel de la Nation qui est en difficultés et qui a besoin d’hommes capables pour s’occuper des problèmes qui sont les nôtres. Je crois que j’ai un projet de société, j’ai une vision. J’ai fait preuve d’intégrité dans la gestion de la chose publique et j’ai en la matière également, une expérience avérée. Voilà pourquoi je me mets à la disposition de la Nation aujourd’hui.

En rapport avec la candidature unique de l’Opposition, Prof Matungulu reste ouvert. Il ne met pas des barrières. Il annonce les discussions en cours avec ses pairs de l’Opposition. Une sorte d’humilité et de simplicité que l’on ne trouve pas dans beaucoup de candidats : ‘’ Nous sommes en pourparlers encore sur cette question avec les autres amis de l’Opposition. En tout cas, en ce qui me concerne, il est important que les discussions que nous avons commencées sur la mise en place de la candidature unique de l’Opposition aboutissent rapidement. Nous avons convenu de nous faire enregistrer chacun, un tout petit peu chacun de son côté, avec la ferme volonté, une fois que les listes sortiront du processus d’examen de ces candidatures de nous retrouver pour faire aboutir le projet de mise en place de la candidature unique’’, a-t-il affirmé.

En ce qui concerne la machine à voter, le professeur Matungulu croit encore à la sincérité du Président de la Centrale électorale bien qu’il reconnaisse que c’est un réel problème qu’il faille résoudre pour des élections apaisées : ‘’La machine à voter reste un problème sérieux pour nous. Un problème que je viens d’évoquer tout à l’heure dans mes discussions avec le Président Nangaa (NDRL : Président de la Commission Nationale Electorale Indépendante). Je crois que c’est important que nous puissions continuer cette discussion avec la Direction de cette Centrale électorale sur une question qui est fondamentale. Parce que nous voulons évidemment, aller à une élection qui ramènera la paix des esprits, la sérénité et le calme nécessaire à la reprise du travail bien fait et donc à la remise du pays sur la voix du progrès’’.

Pour ce qui est de la date, Freddy Matungulu retient la date fixée par la CENI. Il n’appartient pas à lui de la changer. ‘’Moi je crois que comme on l’a relevé, nous savons que qu’au niveau de la CENI, il y a de l’expertise. Au niveau de notre pays,  de façon générale, ce ne sont pas les experts qui manquent dans tous les domaines. Le problème est celui de la volonté d’aller de l’avant. Je pense que là, nous sommes face à nos responsabilités avec un calendrier de contraintes en termes de temps qui sont évidentes. C’est important que nous puissions accélérer cette discussion’’.

Là où Matungulu s’est montré rassembleur, c’est lorsqu’il répond à une question qui ne lui a pas été posée en rapport avec le dossier Moïse Katumbi. Mbuyamu Ilankir Matungulu se montre très rassembleur et solidaire face aux malheurs qui ont été imposés à celui qu’il appelle mon frère : ‘’Finalement, je pense que, dans toute la mesure du possible, le cas Katumbi puisse être examiné le plus rapidement possible, aujourd’hui au plus tard, parce que demain, ce sera trop tard. Je le dis pourquoi ? Parce que nous avons besoin d’avoir un processus électoral inclusif. Il faudrait que tout le monde se retrouve demain. Pour que quand les résultats seront proclamés, il est important pour nous, qu’en 2019, que le peuple congolais se mette au travail’’.  

Pour une fois, les journalistes se sont retrouvés dans un discours qui rassemble et qui inspire espoir et confiance.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.