Bilan du processus électoral : ADN, parti de Civava sans vision, a échoué lamentablement aux élections !


05 Feb

Bilan du processus électoral :

ADN, parti de Civava sans vision, a échoué lamentablement aux élections !


Un jeune homme dont la création du parti politique a été financée par un cadre du PPRP et qui n'a pas su s'imposer dans l'échiquier national à l'issue des élections, se lance depuis un temps dans des attaques gratuites contre le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo qu'il appelle comme il le veut. ADN, parti de la mouvance Kabilie, Patrick Civava veut l'aligner sur la liste de la coalition Lamuka au regret de tous les membres fondateurs de ce parti politique qui connaissent aussi bien son camp et son autorité morale. Ce cadre du PPRD avait cru en ces jeunes gens. Surtout que tous étaient presque journalistes. Pour éviter d'en donner un caractère médiatique, ces jeunes journalistes avaient désiré confier la présidence à un jeune avocat. Un avocat qui ne savait convaincre, ni par son français, ni par sa maîtrise du droit. Mais, la géopolitique obligeant, il était le seul qui pouvait pour un départ être désigné à ce poste. Plus tard, Patrick Civava dont ses amis savent comment il a escamoté les promotions, a été trouvé plus diviseur que rassembleur. 

Tous les cadres du parti l'ont quitté, en dépit de toutes les faveurs qu'ils ont obtenues au Ministère de l'Epsp dont l'autorité morale a été faite Ministre. 

Même le Secrétaire Général, Monsieur Jean Jeef Mwanza, n'a pas pu être aligné sur la liste de son parti, dont il est le premier initiateur pour aller vers Nogec où ses voix ont été jetées à la poubelle faute de seuil électoral.


Alliance des Démocrates pour une Nouvelle République, ADN est ce parti dont l'initiative est venue de Jean Jeef Mwanza. C'est ce jeune homme, aussi patron d'un magazine le plus prisé à l'époque, Vision info, autour de qui le consensus a été retrouvé pour créer ce parti qui a réuni beaucoup de compétences.


Au mépris de toutes ces compétences, Me Patrick Civava a engagé le parti, proche de la Kabilie dans Lamuka sans respecter la procédure.

Il a pris en otage, en se débarrassant de tous les ténors de la création pour jouir seul, en violation du Code d'éthique et de déontologie de l'avocat qui lui interdit d'être soumis à une quelconque autorité. Mais cet avocat, aussi enseignant d'université s'est fait engager au ministère de l'Epsp où il s'est soumis aux orientations de l'autorité morale du parti, aussi ministre de ce portefeuille. 


Mais là où le bât blesse, c'est lorsque ce jeune homme s'illustre dans les infractions d'outrage au Chef de l'Etat, diffamation et imputations dommageables sur son mur des réseaux sociaux, aussi bien de Facebook que de WhatsApp surtout lorsqu'il écrit dans une langue proche du français.


C'est ici que tout le monde invite Gaston Musemena, Autorité Morale de son parti, à le rappeler à l'ordre surtout qu'il a difficile à rédiger en français. Non seulement qu'il écrit dans une langue proche du français, mais il s'offre à de poursuites pour violation des principes qui régissent sa profession d'avocat, mais aussi quand il ne sait pas se porter à la hauteur de ses collègues Présidents Nationaux des partis politiques. Patrick Civava s'offre un peu comme un enfant gâté qui ne sait même pas respecter non seulement ses aînés alors que c'est un enfant d'un ancien agent des renseignements qui a grandi dans une gratuité et dans une facilité qui ne l'ont pas permis d'être exigeant dans la vie.


Son parti n'a aligné que peu de gens, seulement aux législatives provinciales à Kinshasa. Il n'a pas su obtenir le seuil électoral. Ce qui justifie son aveuglément qui explique ses égarements qui le pousse non dans les débats d'idées, mais plutôt dans les attaques contre les individus.


Espérons que le patron de son parti, Gaston Musemena saura le remettre à l'ordre ou l'enlever de la tête du parti dont il est incapable d'incarner l'aura.

Nicole Kakese

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.