Après un éclipse à la suite de sa révocation du Gouvernement : Enock RUBERANGABO SEBINEZA fait une rocambolesque sortie!


07 Mar

Après un éclipse à la suite de sa révocation du Gouvernement :

Enock RUBERANGABO SEBINEZA fait une rocambolesque sortie!


L'ancien Vice-ministre aux PTT qui avait inondé les réseaux sociaux avec les scènes de masturbation dans son bureau de travail sous le drapeau et le portrait officiel du Chef de l'Etat, Enoch Sebineza vient d'opérer son retour sur la scène. C'est par une lettre adressée au nouveau Chef de l'Etat ce 06/02/2019 au sujet des ''Attaques massives contre Minembwe et ses environs en Territoire de Fizi, Sud-Kivu'' dont la population banyamulenge serait victime. Le Président de la communauté tutsie porte la voix des ''populations de Minembwe et ses environs, Territoire de Fizi en Province du SudKivu en détresse depuis le 26 février 2019 à ce jour. Ceci à la suite des attaques massives des groupes extrémistes armés et organisés issus des Communautés locales contre les bergers Banyamulenge qui tentent désespèrement de résister'', dénonce Sebineza avant de souligner que ces groupes extrémistes "cherchent à provoquer un conflit ethnique du genre YUMBI, de triste mémoire". Selon les informations crédibles reccueillies auprès des populations locales contactées sur place, rapportées à Sebineza, un « Général autoproclamé » dit Mulumba de la tribu Banyindu associé aux jeunes Bafuliru de Milimba, est à la tête d'un groupe armé connu sous le nom de « BILOZE BISHAMBUKE», dirige ces opérations de massacres et de pillages des populations civiles, a-t-il indiqué dans cette lettre avant de déplorer que des villages entiers se déplacent dans une région à climat froid des montagnes sans aucune assistance.


Près de 60 personnes sont déjà tuées et beaucoup des disparus et des blessés, près de 3000 têtes des vaches razziées ou en débandades dans les forêts, plus de 23 villages et plusieurs champs incendiés.

Ces attaques sont relayées par une campagne médiatique dans les réseaux sociaux dans des langues locales avec un niveau linguistique élevé appelant aux massacre des Banyamulenge, informe-t-il avant d'implorer ''l'implication personnelle'' du Président Félix-Antoine Tshisekedi pour arrêter ces attaques et les auteurs afin d'eviter un conflit généralisé tel que déploré dans d'autres coins de la République, craint Sebineza.


Si ces informations sont vraies, ce qu'il y a à craindre, observe un analyste politique congolais qui indique: "Parce que toutes les fois que la population tutsie tousse, cela débouche souvent sur une rébellion dans l'Est de la RDC'', signalé cet expert qui rappelle que c'est ce qui a été à la base de l'agression de la RDC par la coalition burundo-ougando-rwandaise transformée en une rébellion grâce à sa ''zaïrianisation'' par Mzee Laurent Désiré à travers l'Alliance des Forces Démocratiques pour la libération du Zaïre, AFDL.


De même, en 1998, poursuit la même source, alors que remerciés par Laurent Désiré Kabila, les éléments rwandais au sein de l'armée avaient attaqué Kinshasa avant de se constituer en une rrébellion RCD-Rwanda qui a emporté beaucoup de Congolais avec un bilan très macabre des viols, violations graves de droits de l'homme restés impunis jusqu'à ce jour. 


Aussi en 2004; avec Laurent Nkunda CNDP; 2009, Bosco Ntanganda qui a réédité son exploit, lui et le Général Makenga en 2013 avec le M23.


C'est donc croire que ce cri d'alarme de l'ancien Vice-ministre, est une annonce d'une guerre qui va encore décimer l'Est de la RDC, craint cette source.


Le Président devra donc prendre au sérieux cet alarme, affirme un expert des questions de l'Est de la RDC.

Cliquez ici pour voir le fichier👇

Attaque massive Minembwe

Ilunga A.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.