Affaire Katumbi contre Beveraggi: Quand Muyambo ramène du travail à Papy Tamba!


21 Aug

La mastondonde du PPRD, ancien combattant APARECO, Papy Tamba, ramené au pays pour lécher les bottes de celui qu'il a insulté hier, Joseph Kabila et qui lui a rendu l'ascenseur en le laissant seulement à la place de chantre, vient d'avoir un nouveau boulot. Ce, grâce au Bâtonnier Jean Claude Muyambo Kyassa, Président National du parti politique, Solidarité Congolaise pour la Démocratie et le Développement, SCODE. L'homme et tous les chantres de la Kabilie, appelés abusivement Communicateurs de la Majorité Présidentielle avaient disparu des radars, et des médias, et des réseaux sociaux. Ils ont imposé un silence à leur maître après la débâcle du dauphin, Emmanuel Ramazany Shadary. Tous les caciques, n'étant plus sûrs et ne connaissant pas leur sort, personne ne sortait de l'argent pour les entretenir. Raison pour laquelle, ils se sont recroquevillés dans le silence.


Il a fallu la sortie médiatique du Président de la SCODE pour que Papy Tamba ait raison de truander le Français de Pascal Beveraggi. 


Après la conférence de presse du bâtonnier Muyambo le lundi 19 août dernier, Papy Tamba qui a abandonné femme et enfants en Europe, a réussi à soutirer un peu de moyens de survie à Pascal Beveraggi, en attendant la sortie du Gouvernement, espérant le retour de leurs anciens adorés de l'ex MP. 

Voilà ce qui justifie ses publications sur ses pages, murs et comptes des réseaux sociaux de ce matin. 


Pour réussir son coup, il rappelle les ''Lettres ouvertes du Bâtonnier à l'ancien Gouverneur du Katanga''. Des lettres qui s'inscrivaient dans le temps et dans l'espace. Lettres dont Jean Claude Muyambo assume pleinement le contenu compte tenu du contexte et de l'environnement de l'époque.

La seule défense à la descente de Pascal Beveraggi est de brandir quelques extraits de ces lettres pour se jouer de la naïveté de ce Français et lui soutirer de l'argent. En avocat des faibles, Muyambo n'a fait que lever la voix des sans voix, en faveur des faibles et des fragiles dont les décomptes finals ont été bloqués après leur licenciement abusif à Mining Katanga Company. Quoi de normal que de réagir sous cet angle que de chercher à revenir sur ce qui n'édifie plus! 

Contacté, Jean Claude Muyambo dit qu'il avait déjà circonscrit son attaque, les contre-attaques d'où elles devaient venir. Il avait déjà identifié les personnes qui allaient être désignées pour ces sales besognes dont Papy Tamba. 

Ce n'est pas ce qui va l'empêcher de crier à gorge déployée pour défendre ces faibles. Il va les défendre au prix même de sa vie, a-t-il juré. Il se battra jusqu'à ce que, et Moïse Katumbi, et ses anciens travailleurs soient rétablis dans leurs droits. 

Ce n'est pas la bave qui crapaud qui fera du mal à l'éléphant, a-t-il conclu sans vouloir entrer en détails.

Dossier à suivre.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.